Passer au contenu principal

Pilote de projets de construction complexes, Tekhne passe la Sarine

Le bureau d’architectes et d’ingénieurs lausannois, qui fête ses 20 ans, a ouvert une nouvelle antenne à Berne

Les quatre associés-dirigeants de Tekhne: Eric Baeni, Oliver Cochard, Perrine Bruyas, Jean-Daniel Beuchat
Les quatre associés-dirigeants de Tekhne: Eric Baeni, Oliver Cochard, Perrine Bruyas, Jean-Daniel Beuchat
Yves Leresche

La construction du stade de football de la Tuilière, dessiné par les bureaux d’architectes biennois mlzd et Sollberger Bögli, qui ne sont pas habitués à évoluer à l’extérieur, n’est pas une mince affaire. D’autant qu’à la mi-temps un changement de manager – à la suite de l’acquisition du Lausanne-Sport par Ineos – a amené une nouvelle surface de jeu en herbe sur le terrain des Plaines-du-Loup. C’est là qu’intervient la société lausannoise Tekhne, spécialisée dans la planification et la réalisation d’ouvrages complexes ou d’envergure. En tant qu’arbitre d’une partie à laquelle la Ville de Lausanne participe, elle est chargée de la direction des travaux, de la gestion des coûts et de faire respecter les délais.

L’entreprise, qui emploie quelque 45 collaborateurs – dont près de 30 au siège de l’avenue de la Gare, à Lausanne –, essentiellement des architectes et des ingénieurs, a été choisie par les deux bureaux biennois qui ont gagné le concours d’architecture du nouveau stade. Ils avaient en effet besoin d’un partenaire local pour ces tâches.

Administrateur délégué et architecte EPFL-SIA, Éric Baeni observe qu’une grande partie des mandats de sa société sont des projets lauréats issus de concours. Beaucoup de clients sont ainsi des bureaux d’architectes alémaniques ou même étrangers – souvent jeunes –, qui recherchent des partenaires d’expérience dans la conduite d’ouvrages.

Entre trois et six collaborateurs de Tekhne sont engagés sur le projet de la Tuilière, selon les étapes, sur une période de près de cinq ans. Agissant ici en tant que sous-traitant, l’entreprise peut être engagée comme partenaire à part entière dès le lancement du projet aux côtés de l’architecte. Le bureau travaille ainsi en collaboration avec le CHUV depuis dix-neuf ans, presque depuis ses débuts, à la rénovation par étapes des urgences, du secteur des grands brûlés et maintenant de l’ensemble des blocs opératoires. Elle a donc été chargée ici d’une mission supplémentaire, l’appel d’offres et la soumission à toutes les entreprises du chantier.

Partenaires de tous types

Tekhne, aussi active sur le chantier du campus de l’École hôtelière, pilote ainsi de nombreux ouvrages d’importance en Suisse romande, parmi lesquels le hall de check-in de l’Aéroport de Genève, la clinique Suva à Sion ou, par le passé, la Cinémathèque suisse à Penthaz. Ses partenaires sont de tous types, grandes entreprises privées ou institutions et pouvoirs publics.

Après Genève et Fribourg, la société lausannoise vient d’ouvrir un nouveau bureau à Berne, occupé pour l’heure par deux collaborateurs. Celui-ci est chargé du suivi du vaste chantier du nouveau siège administratif de l’Office fédéral des routes (OFROU), qui comptera 600 places de travail. Est-ce le signe des nouvelles ambitions alémaniques de Tekhne? Éric Baeni n’est pas aussi catégorique, car la concurrence est vive outre-Sarine dans ce domaine. Mais il admet que c’est un pas supplémentaire: le bureau – bilingue comme celui de Fribourg – vise d’abord la partie francophone du canton de Berne, dit-il. Le dirigeant est l’un des deux associés fondateurs de la société, qui fête ses 20 ans cette année, avec Jean-Daniel Beuchat. Mais tous deux préparent déjà la relève avec deux autres associés plus jeunes, Perrine Bruyas et Oliver Cochard.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.