Le ton monte entre Sunrise et Freenet

Rachat d'UPCDans un communiqué, l'opérateur zurichois Sunrise lance une salve contre Freenet, qui bloque la reprise d'UPC.

Vives tensions entre Sunrise et Freenet.

Vives tensions entre Sunrise et Freenet. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Confronté à l'opposition de son actionnaire de référence Freenet à son projet de rachat d'UPC, Sunrise dégaine l'artillerie lourde. En parallèle à la publication d'une performance toujours solide au 2e trimestre, l'opérateur de télécommunications zurichois reproche notamment à son homologue allemand de ne poursuivre que ses propres intérêts à court terme.

Dans un communiqué diffusé jeudi, Sunrise accuse l'organe de surveillance de Freenet d'être en proie à un conflit d'intérêts. Fort de ce constat, le conseil d'administration de Sunrise a décidé d'exclure les représentants de l'opérateur allemand des délibérations en cours autour du rapprochement avec le câblo-opérateur lui aussi établi à Zurich.

L'organe de surveillance rappelle que le groupe allemand souhaite - de son propre aveu - vendre ses parts dans Sunrise afin de redresser sa propre situation financière. Sunrise dénonce de surcroît la proposition «inappropriée et illégale» de Freenet de conditionner son soutien à une reprise d'UPC Suisse à un rachat par Sunrise ou par Liberty Global d'une portion substantielle de sa participation, avec une prime sur le cours du titre.

Le numéro deux helvétique des télécoms a ouvert une enquête interne afin de déterminer si les représentants de Freenet ont violé leurs devoirs, notamment en matière de confidentialité. Interrogé par AWP, le directeur général de Sunrise, Olaf Swantee, a précisé que les investigations dureront plusieurs mois.

Plan initial maintenu

L'opérateur zurichois recommande de considérer les proposition de Freenet «avec le scepticisme qui s'impose» et de tenir compte de l'attitude égoïste de cet actionnaire au moment de se prononcer sur l'acquisition d'UPC Suisse.

Pour l'heure, Sunrise n'envisage aucun changement dans son offre de reprise, même si le conseil d'administration explore une alternative, à savoir l'émission d'un emprunt convertible d'une durée de trois ans, a précisé André Krause, son chef des finances. Une proposition que Freenet a aussi écartée.

Annoncé en début d'année, Le plan initial, prévoit la reprise d'UPC Suisse - filiale à 100% de Liberty Global - par Sunrise pour 6,3 milliards de francs. Dans le cadre du financement de la transaction, l'opérateur a prévu une augmentation de capital de 4,1 milliards, contre laquelle Freenet a manifesté sa vive opposition dès le début. Le groupe d'outre-Rhin ne souhaite pas voir cette dernière dépasser le milliard de francs.

André Krause estime justifié de présenter aux actionnaires le plan financier initial en vue d'acquérir UPC, celui-ci représentant le meilleur projet pour les propriétaires de Sunrise. «La transaction est devenue encore plus attrayante», UPC affichant une évolution qui dépasse les prévisions, a renchéri Olaf Swantee.

De plus, les synergies issues du mariage des deux entreprises ont été revues à la hausse, du fait que certaines prestations qu'UPC acquiert actuellement auprès de son propriétaire, pourraient très bien être fournies en Suisse même. De ce fait, les coûts d'intégration devraient dans un premier temps se révéler plus importants.

Bonne performance trimestrielle

Olaf Swantee s'est par ailleurs déclaré «très heureux» des résultats du 2e trimestre. Sunrise s'est bien battu dans tous les domaines d'activité, affichant une performance supérieure à celle de ses concurrents. Le directeur général en veut pour preuve la croissance de 3,1% présentée dans les revenus liés aux services. Celui-ci a aussi relevé que la bonne dynamique commerciale s'est prolongée durant l'été.

Entre avril et fin juin, Sunrise a dégagé un bénéfice net de 26 millions de francs, 6,7% de plus que douze mois auparavant. L'Ebitda ajusté s'est pour sa part hissé à 165 millions de francs, un bond de 10,3% au regard de la période correspondante de l'an dernier.

L'évolution s'est en revanche révélée moins favorable côté revenus, ceux-ci se tassant entre avril et fin juin de 1,7% à 455 millions de francs, quand bien même le nombre de clients a encore progressé. L'opérateur explique le recul à la baisse des ventes de téléphones mobiles ainsi que des produits de hubbing.

Alors que Sunrise a fait mieux qu'attendu en matière de rentabilité, les revenus se sont révélés inférieurs aux anticipations des analystes.

Evoquant la suite de l'exercice, Sunrise demeure optimiste. A la lumière de la bonne performance de la première moitié de l'année, l'entreprise, qui prévoit toujours un chiffre d'affaires annuel entre 1,86 et 1,9 milliard de francs, resserre cependant la fourchette de Ebitda ajusté, laquelle passe d'un montant entre 613 et 628 millions de francs à une somme de 618 à 628 millions.

A la Bourse suisse, l'action Sunrise chutait lourdement, faisant l'objet de prises de bénéfice. Vers 13h, elle dégringolait de 5,79% à 73,20 francs. L'indice élargi SPI abandonnait de son côté 0,49%. (ats/nxp)

Créé: 22.08.2019, 08h38

Freenet réagit

Principal actionnaire de Sunrise, Freenet rejette les reproches du conseil d'administration du numéro deux helvétique des télécommunications. Certes, l'opérateur allemand a accepté dans un premier temps le principe d'une reprise d'UPC par Sunrise, mais «lorsque le projet s'est concrétisé, nous avons clairement signifié que nous ne soutenions pas l'opération», a dit jeudi à AWP son patron, Christoph Vilanek.

Alors que l'opérateur d'outre-Rhin, qui détient environ près d'un quart du capital-actions de Sunrise, a publiquement fait part vendredi dernier de son opposition à l'augmentation de capital de 4,1 milliards proposée aux actionnaires en vue du rachat d'UPC à Liberty Global, Sunrise n'a pas ménagé jeudi ses critiques envers les deux représentants de Freenet siégeant à son conseil d'administration.

Articles en relation

Rachat d'UPC: Freenet opposé au plan de Sunrise

Télécoms Freenet, le principal actionnaire de Sunrise, refuse une augmentation de capital pour acquérir UPC Suisse. Plus...

L'action de Sunrise s'envole après un rachat

Téléphonie La société allemande Freenet a déboursé 782 millions pour s'offrir Sunrise. Plus...

Sunrise poursuit sa croissance

Télécoms Le numéro 2 helvétique des télécommunications affiche un bénéfice en hausse de près de 7% par rapport à l'an dernier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...