Passer au contenu principal

PharmaRoche dans le collimateur des autorités chinoises

Le site proche de Shanghaï du groupe pharmaceutique bâlois Roche a été inspecté par des représentants de l'office chinois du commerce et de l'industrie, en raison de soupçons de corruption.

Roche se trouve dans le collimateur des autorités de surveillance en Chine. Le groupe pharmaceutique bâlois a reçu la visite de représentants de l'office chinois du commerce et de l'industrie (SAIC) sur son site de Hangzhou, à 200 kilomètres de Shanghaï.

En général, le SAIC mène de telles investigations en cas de soupçons de corruption. «Selon nos renseignements, la visite a eu lieu le 21 mai», a indiqué Roche jeudi. Les détails ne sont pas connus, selon le géant bâlois. «Nous collaborerons entièrement avec les autorités», ajoute-t-il.

Les autorités chinoises de la concurrence examinent de plus en plus le marché des médicaments local. La semaine passée, l'ancien directeur GlaxoSmithKline en Chine a été inculpé de corruption.

La Chine est un marché clé pour les groupes pharmaceutiques qui tablent sur le fort accroissement de la classe moyenne pour compenser la baisse de leurs ventes dans les pays occidentaux. Mais la corruption est importante dans le secteur médical. Novartis, Sanofi ou Eli Lilly font aussi l'objet de soupçons.

Depuis son arrivée au pouvoir l'an dernier, le président chinois Xi Jinping a fait de la lutte contre la corruption la priorité de son gouvernement.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.