Passer au contenu principal

Roche se développe dans les maladies neuromusculaires

Roche se renforce dans le domaine des maladies neuromusculaires. Le géant pharmaceutique bâlois s'empare de la société française de biotechnologie privée Trophos.

ARCHIVES, Keystone

Selon les termes de l'accord avec la société française de biolotechnologie privée, Roche effectuera un versement préliminaire de 120 millions d'euros (122 millions de francs au cours actuel) aux actionnaires de Trophos, a indiqué ce vendredi 16 janvier le groupe. Des versements supplémentaires pourront atteindre 350 millions d'euros lors du franchissement de certaines étapes prédéfinies.

Trophos produit l'olesoxime, une molécule développée pour le traitement de l'amyotrophie spinale (AS), atteinte neuromusculaire rare et invalidante d'origine génétique le plus souvent diagnostiquée chez l'enfant.

Les résultats d'une étude de phase II suggèrent le potentiel de l'olesoxime dans le traitement de cette maladie. Fondée en 1999, la société Trophos a son siège à Marseille.

Roche a multiplié les annonces cette semaine. Le groupe va investir jusqu'à 1,2 milliard de dollars pour prendre le contrôle de Foundation Medicine (FMI), une société américaine spécialisée dans l'analyse moléculaire et génomique.

Le géant rhénan va également coopérer avec le japonais Meji Seika et le canadien Fedora pour le développement et la commercialisation d'un produit contre la résistance aux antibiotiques, versant à cet effet jusqu'à 750 millions de dollars aux deux entreprises.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.