Schindler fait le ménage pour éviter le sort de Sika

Prises de contrôleLe roi de l’ascenseur prend les devants pour éviter qu’une possible évolution de son actionnariat familial ne vire au psychodrame.

Alfred Schindler travaille pour l'entreprise familiale éponyme depuis une quarantaine d'années.

Alfred Schindler travaille pour l'entreprise familiale éponyme depuis une quarantaine d'années. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas question qu’un scandale déstabilisant, comme celui qui a touché la société Sika, se répète chez Schindler. Pas question non plus que le monde politique mette le nez dans ses affaires en commençant à légiférer à tort et à travers. Non, le spécialiste suisse des ascenseurs entend calmer le jeu. Vendredi, le groupe de la côte nidwaldienne du lac des Quatre-Cantons a annoncé avoir modifié lui-même les statuts réglant les conditions d’un éventuel rachat.

Il s’agit d’être prêt à tous les cas de figure, si le passage du témoin à la cinquième génération ne se passait pas aussi bien qu’imaginé. «J’ai 66?ans, et cela fera quarante?ans bientôt que je suis sur le pont, je ne vais plus rester encore longtemps à ce poste», a déclaré Alfred Schindler à la presse, au siège de la holding à Hergiswil.

Boucler la boucle

But des dispositions annoncées hier? Eviter le psychodrame Sika. La famille fondatrice de ce groupe chimique – qui contrôle 16% du capital mais 52% des voix – veut en céder depuis des mois le contrôle au groupe français Saint-Gobain, sans que ce dernier ne lance une offre publique d’achat (OPA) – et ceci grâce à une clause dite d’opting out. Cette situation a déclenché une guerre juridique de la part des autres actionnaires opposés à la vente. Les procès vont durer jusqu’en 2018.

Opting out, qu’est-ce donc? «Nous avons été en pointe en Suisse quand il s’est agi, en 1995, d’inventer cette clause, un moyen permettant aux PME de contourner l’obligation, problématique pour elles, de lancer une OPA sur l’ensemble du capital dès qu’un actionnaire familial en détenait le tiers», poursuit le président et copropriétaire de ce groupe de 54?000 employés. Dans la pratique, la mesure évite à la famille de devoir se résoudre à trouver un repreneur pour sa société quand elle n’a pas l’argent pour racheter l’ensemble de son entreprise en lançant une OPA. Cette clause permet aussi d’éviter le lancement d’une OPA quand les relations dans le groupe d’actionnaires majoritaires changent. Une clause dont les propriétaires de Sika «ont abusé», regrette cependant Alfred Schindler.

«Opting out» dévoyé

Le leader mondial des escaliers roulants et ascenseurs va «de nouveau être innovant dans ce domaine, en introduisant dans nos statuts un nouveau concept, l’opting in, qui en compense les défauts», ajoute son président. Fonctionnant dans le sens inverse, cette clause oblige un actionnaire tiers détenant 50% ou plus des actions et des bons de participation à soumettre une offre d’achat au reste des actionnaires.

Avantage de ce nouvel article qui sera inclus à ses statuts lors de l’assemblée générale du 11 août? «Permettre de trouver une solution juste (ndlr: comme une participation à la prime de rachat) pour l’ensemble des actionnaires minoritaires et des employés, tout en gardant les avantages de l’opting out», a décrit ce représentant des familles Schindler et Bonnard. Ces dernières détiennent 42% du capital et 70% des voix d’un groupe réalisant des ventes de 9,2 milliards de francs et dormant sur un trésor de 3 milliards de liquidités.

Créé: 03.07.2015, 20h42

Articles en relation

Le bénéfice de Schindler grimpe légèrement

Ascenseurs Le bénéfice net du fabricant lucernois d'ascenseurs s'est accru de 5% par rapport à la même période de l'an dernier, pour s'établir à 168 millions de francs. Plus...

Le bénéfice de Schindler a quasi doublé

Ascenseurs Le fabricant lucernois d'ascenseurs et escaliers roulants affiche d'excellents résultats dont un bénéfice net qui bondit de près de 100%. Plus...

Schindler fait mieux que prévu

Ascenseurs Le fabricant lucernois d'ascenseurs et escaliers mécaniques s'attend à réaliser un bénéfice d'environ 900 millions de francs pour son exercice 2014. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.