Tamedia franchit un cap historique

StatistiquesPour la première fois, les activités numériques de l’éditeur de votre journal assurent la moitié de son bénéfice opérationnel.

Hier, Tamedia a franchi un cap historique.

Hier, Tamedia a franchi un cap historique. Image: MARK HENLEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un mélange de soulagement et de préoccupation qu’a transmis Tamedia jeudi en publiant ses résultats sur la première moitié de l’année. Parlant d’un cap symbolique, et historique, c’est la première fois que le groupe zurichois de médias, éditeur de votre journal, retire davantage de profit opérationnel de ses services numériques et de ses activités journalistiques sur Internet que de ses journaux et de ses magazines.

Tamedia s’est ainsi réjoui que sa stratégie numérique poursuivie depuis plusieurs années soit couronnée de succès. Ce que reflète la répartition actuelle de ses profits, mais aussi la fréquentation des sites Internet du groupe qui figurent parmi les plus consultés de Suisse, comme 20 minutes/20 Minuten, homegate.ch, jobcloud, tutti.ch, newsnet et ricardo.ch.

De plus, le nombre de pages vues des sites Internet de Tamedia correspond à près de la moitié du total suisse. Les sites Internet des journaux du groupe apparaissent en bonne place dans ce classement. Tout en haut de la liste se trouve 20 Minuten, suivi rapidement par le site digital du Matin, puis par celui de la Tribune de Genève et de 24 heures. Le nombre d’abonnements numériques dans la presse régionale du groupe a aussi fortement augmenté de la fin de 2015 à juin 2016: de 21% pour 24 heures et la Tribune de Genève, de moitié et plus pour les journaux bernois Der Bund et Berner Zeitung, tandis que le mouvement fléchit un peu (+17%) du côté du journal de référence du groupe, le Tages-Anzeiger.

Le groupe note parmi les développements préoccupant une baisse du chiffre d’affaires semestriel de 5,1% à 503,6 millions de francs. Ce recul s’explique d’abord par un marché des recettes publicitaires nettes dans les produits imprimés en baisse de 8% selon les données fournies par la branche. Tamedia voit plutôt à l’œuvre un recul de l’ordre 11% à 12% pour le marché. La presse dominicale et spécialisée a été particulièrement touchée. Les recettes de titres régionaux ont davantage reculé (de 11%) que celles du groupe dans son ensemble, aussi à cause de la fermeture d’une imprimerie. Au total, le bénéfice net a reculé de 22% à 55,8 millions. Des effets exceptionnels y ont joué un rôle.

Créé: 26.08.2016, 07h43

Articles en relation

Tamedia et NZZ suivent des stratégies divergentes

Numérique Contrairement à Tamedia, le groupe de la «Neue Zürcher Zeitung» ne veut pas offrir de services grand public. Plus...

Tamedia se renforce dans les petites annonces

Médias Le groupe de presse rachète le site de commerce Ricardo.ch pour 240 millions de francs Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.