Terrain et fisc font migrer Incyte dans le canton de Vaud

MultinationalesLe groupe américain transfert son siège européen à Morges. Son usine, qui verra le jour à Yverdon, bénéficie d’une fiscalité irrésistible.

L’ancienne usine de pâtes alimentaires Pasta Gala, à Morges, accueillera le siège européen du groupe Incyte.

L’ancienne usine de pâtes alimentaires Pasta Gala, à Morges, accueillera le siège européen du groupe Incyte. Image: MARIUS AFFOLTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe américain Incyte, spécialisé dans les traitements contre le cancer, a annoncé jeudi le déplacement en 2019 de son siège européen du Petit-Saconnex vers le canton de Vaud, confirmant une information de notre quotidien. Zone d’atterrissage? Un bâtiment industriel à l’abandon, près de la gare de Morges.

Selon une source au fait du projet, ce déménagement est l’aboutissement de longues discussions avec les autorités vaudoises. Elles ont notamment porté sur les avantages fiscaux octroyés à une nouvelle usine Incyte qui va voir le jour à côté d’Yverdon cette année.

Le fantôme de Pasta Gala

L’enjeu de ce transfert dépasse les 31 postes concernés au siège européen du Petit-Saconnex. Le nouvel état-major va également accueillir les 80 salariés du groupe à Epalinges. Et avec les recrutements prévus, ce sont «plus de 150 employés qui prendront possession du site en octobre-novembre 2019», explique-t-on au sein du groupe biopharmaceutique. «L’idée était de trouver un lieu entre Genève et Epalinges, or des bâtiments de cette taille à deux minutes à pied du train, il n’y en a pas tant que cela autour du Léman», détaillait jeudi un responsable, joint au téléphone.

L’immeuble retenu convoque un épisode traumatisant pour Morges: il abritait la fabrique de pâtes alimentaires du géant Coop, brutalement fermée en 2014. Cette usine Pasta Gala avait finalement été reprise en 2016 par le groupe immobilier néerlandais EPIC.

«Il y a environ une année, nous avons été saisis de la demande d’Incyte, qui cherchait un terrain de 40 000 mètres carrés pour son siège et son usine», se souvient Oscar Cherbuin, directeur de l’Association régionale Cossonay-Aubonne-Morges (Arcam). Aucune de ses propositions ne trouve alors grâce aux yeux d’un groupe biopharmaceutique dont les effectifs européens ont décuplé en trois ans.

Quelques mois plus tard, le choix d’Yverdon pour y implanter sa seule usine relance la donne. Pascal Rocha Da Silva, délégué économique de Morges, présente Incyte aux propriétaires du bâtiment en octobre 2017, lors d’un apéritif organisé par la Commune pour ses entreprises. C’est le «coup de cœur».

Yverdon se fait irrésistible
Attiré en Suisse par l’office de promotion économique régional GGBa en 2014, Incyte avait, au départ, jeté son dévolu sur Genève. Le groupe sera pourtant rapidement attiré vers le canton voisin. D’abord sur le Biopôle d’Épalinges, où il rachète Ariad Pharmaceutical en 2016 et s’adjoint les services de ses 70 collaborateurs. Puis vers Yverdon.

À la fin de 2017, le groupe, qui veut construire une usine en Suisse, choisit un terrain de deux hectares au sein du Y-Parc pour y installer ses «bioréacteurs». Ce laboratoire représente un budget de 100 millions de francs – l’un des plus gros investissements étrangers ces dernières années en Suisse romande – et devrait, à terme, occuper 130 personnes.

Outre son espace, le Nord vaudois Y-Parc offre un avantage irrésistible: zéro impôt pendant plusieurs années, la zone ayant été intégrée dans un programme fédéral de soutien aux régions en difficulté.

Pour Genève, le camouflet est cuisant. «Incyte renforcera la position de Genève en tant que centre des sciences de la vie», se félicitait, en décembre 2015, Pierre Maudet, ministre de l’Économie, lors de l’inauguration des locaux d’Incyte. On évoquait alors 80 collaborateurs à l’horizon 2020.

Genève affiche complet
L’homme qui a contribué à attirer Incyte en Suisse, lorsqu’il dirigeait l’agence du GGBa, n’est pas loin de penser que la faute est à chercher du côté des atermoiements genevois sur la révision de la fiscalité des entreprises. «J’ai de nombreux retours positifs de multinationales sur cette réforme en Suisse; l’exception qui me préoccupe reste Genève, pratiquement le seul canton n’offrant que peu de visibilité en la matière», explique Philippe Monnier.

Jeudi, au sein des autorités genevoises, on mettait surtout en avant le manque de terrains pour expliquer cette désertion. Il y a un an encore, le groupe américain, visant alors le regroupement de son usine et son siège, «cherchait 40'000 à 60'000 m2 et s’était aussi adressé à Neuchâtel», relate-t-on au sein de la Direction générale du développement économique.

L’État de Genève et la Fondation pour les terrains industriels «avaient alors tenté d’identifier un terrain répondant à ces exigences, malheureusement sans succès». Entre-temps la parcelle d’Yverdon s’est interposée. Elle est fournie clés en main. Et sans impôts. (24 heures)

Créé: 01.03.2018, 22h39

«Une excellente nouvelle»

Le conseiller d’État vaudois Philippe Leuba commente le contexte du transfert d’Incyte.

– Doit-on cette implantation à des avantages fiscaux?
– Uniquement ceux entrant dans le cadre légal admis par le Grand Conseil et dont on peut trouver le détail sur notre site Internet.
On parle d’une exonération d’impôts sur dix ans…
Je ne peux pas répondre dans le détail, mais aucune prestation «hors cadre» n’a été accordée.

– Quelles retombées peut-on attendre sur le plan local?
– À l’image de Ferring, à Saint-Prex, les multinationales visent bien d’autres choses que notre fiscalité, qui est la même un peu partout. Il y a ce Pôle santé qui prend réellement corps autour des sites universitaires. Il y aura ensuite les dépenses liées à la modification du site, puis des employés qui iront au restaurant, s’installeront ici. C’est une excellente nouvelle qui va bien au-delà de Morges.

Articles en relation

L'américain Incyte déserte Genève et rejoint Morges

Déménagement Le groupe pharmaceutique construit un laboratoire à Yverdon. Le canton de Vaud a obtenu que le siège européen soit transféré sur son territoire. Plus...

Une biopharma de pointe installe son usine à Y-Parc

Economie Spécialisée dans le développement de médicaments et de traitements contre le cancer, la firme américaine Incyte, va investir plus de 100 millions dans la première phase. Elle compte employer quelques 70 personnes d’ici 2020. Plus...

«Prochaine étape, établir une usine de production»

Biotechnologies L’américain Incyte, spécialiste des traitements contre le cancer, inaugure son site de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...