Zurich biffe 750 postes: la liste des emplois perdus s'allonge

Marché du travail suisseLe patron des patrons helvétiques, Heinz Karrer, nous avait prévenu: des milliers d’emplois seront délocalisés cette année.

Juste après Nouvel-An General Electric annonce la suppression de 1300 postes sur les 5500 d'Alstom.

Juste après Nouvel-An General Electric annonce la suppression de 1300 postes sur les 5500 d'Alstom.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les tensions s’accroissent sur le marché du travail suisse. Zurich Insurance Group vient ainsi d’annoncer son intention de supprimer 750 postes dans le pays d’ici à la fin de 2018. Soit 15% de ses effectifs. Cette information constitue un nouvel épisode dans un long catalogue. Le nombre chômeurs a d’ailleurs augmenté de 8,4% le mois dernier par rapport à janvier 2015.

Rappel des éléments majeurs d’une sombre liste. En octobre, la direction de Credit Suisse indique qu’elles supprimera 1600 postes en Suisse. Vraisemblablement sur trois ans. Soit 9,4% des effectifs de la deuxième banque helvétique dans le pays par rapport au niveau de l’automne dernier. Un mois plus tard General Electric s’empare du pôle énergie du groupe français Alstom. Juste après Nouvel-An la firme américaine annonce la suppression de 1300 postes sur les 5500 que comptent les ateliers argoviens de l’entreprise fraîchement acquise.

A Lausanne et Genève, ça dégraisse

Domiciliée à Genève, HSBC Private Bank (Suisse) SA manifeste en avril son intention de biffer 260 postes sur 1350. La majorité des collaborateurs concernés se concentrent au bout du Léman. Le 6 octobre, coup de grisou dans les médias. La SSR, société exploitant les radios et télévisions de service public, prévoit de biffer 250 postes sur 6106 collaborateurs. La fin du raffinage chez Tamoil, en Valais le printemps dernier, concerne 253 personnes sur 1500 employées en Suisse.

D’ici à la fin de cette année l’opérateur téléphonique Swisscom, dont la Confédération détient la majeure partie du capital, supprimera 700 postes sur près de 19'000. Nombre d’entre eux sont basés à Genève et Lausanne. Dernier exemple. Les CFF bifferont 900 jobs en quatre ans sur 32'730. Cette mesure s’intègre dans un plan extrêmement ambitieux, dévoilé en novembre: économiser 20 milliards de francs d’ici 2030. Le président de la Fédération des entreprises suisses, Heinz Karrer, nous avait en plus prévenu dans les éditions du 3 janvier de l’hebdomadaire zurichois SonntagsZeitung. Des milliers d’emplois devraient quitter la Suisse cette année en raison du franc fort. Les délocalisations devraient plus particulièrement se faire vers l’est de l’Europe, la Grande-Bretagne et l’Inde.

Effroi sur les marchés

Tous ces nouvelles tombent, alors que les marchés financiers trahissent de plus en plus de signes d’inquiétude. L’action Credit Suisse a perdu 40% de sa valeur depuis le début de l’année. Et celle d’UBS a reculé de plus d’un quart. La plupart des analystes affirment que l’effroi des investisseurs s’avère sans fondement, mais celui-ci ne se dissipe pas pour autant.

Créé: 12.02.2016, 13h40

Articles en relation

Tidjane Thiam semble ne pas vouloir la tête du FMI

Direction Le FMI désignera son prochain directeur d'ici à mars. Le patron de Crédit Suisse dément les rumeurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.