Passer au contenu principal

Fonds souverainEscroquerie en Malaisie: la Suisse étend son enquête

Le Ministère public de la Confédération cible deux anciens agents publics émiratis, soupçonnés de détournements commis au détriment du fonds souverain malaisien 1MDB.

Le MPC a ouvert une procédure pénale contre deux organes de la société d'investissement 1Malaysia Development Berhad (1MDB), proche du premier ministre malaisien Najib Razak (photo).
Le MPC a ouvert une procédure pénale contre deux organes de la société d'investissement 1Malaysia Development Berhad (1MDB), proche du premier ministre malaisien Najib Razak (photo).
ARCHIVES, AFP

La Suisse a étendu sa procédure pénale dans l'enquête sur les soupçons de détournements commis au détriment du fonds souverain malaisien 1MDB. Elle cible deux anciens agents publics émiratis en charge de fonds souverains d'Abou Dhabi.

Les deux hommes ont été mis en prévention pour escroquerie, gestion déloyale, gestion déloyale des intérêts publics, faux dans les titres, corruption d'agents publics étrangers et blanchiment d'argent, a indiqué mardi le Ministère public de la Confédération (MPC) dans un communiqué. Cette mesure s'inscrit dans le cadre d'un des quatre volets importants de l'enquête suisse.

Des filiales de 1MDB ont émis deux séries d'obligations afin de financer des investissements dans des centrales électriques. Les circonstances dans lesquelles ces filiales ont obtenu qu«un fonds souverain d'Abou Dhabi garantisse le remboursement de ces obligations font l«objet de ce volet de la procédure.

Les autorités suisses affirment disposer d'éléments permettant de soupçonner que les montants versés en relation avec cette garantie ne sont pas revenus au fonds souverain d'Abou Dhabi. Au contraire, ces montants auraient profité à des tiers, notamment aux agents publics concernés ainsi qu«à une société liée au monde du cinéma.

Millions gelés en Suisse

Un ancien organe de 1MDB, déjà prévenu dans la procédure suisse, aurait aussi bénéficié de ces montants, ajoute le MPC. En relation avec la procédure pénale suisse et en particulier avec son extension, les services du procureur général de la Confédération Michael Lauber ont adressé deux nouvelles demandes d'entraide, au Luxembourg et à Singapour.

Le MPC a ouvert le 14 août dernier une procédure pénale contre deux organes de la société d'investissement 1Malaysia Development Berhad (1MDB), proche du premier ministre malaisien Najib Razak.

L'enquête porte sur des accusations de corruption d'agents publics étrangers, gestion déloyale des intérêts publics et blanchiment d'argent. Une partie de l'argent détourné aurait été déposée en Suisse. Des dizaines de millions de francs ont été gelés dans des banques helvétiques.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.