De l’euphorie boursière à la panique

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour les investisseurs, les temps sont durs. Depuis le début de l’année, les Bourses s’effondrent chaque jour un peu plus. Or, «le gros danger serait de les voir déboucher sur un mouvement de panique générale», avertissait dans nos pages un analyste financier. Pas de chance, ce risque ne peut plus être écarté de l’équation tant les chutes sont spectaculaires.

Et comme toujours, les valeurs technologiques se trouvent en première ligne. Il y a quelques mois pourtant, ces dernières faisaient encore briller les yeux de la plupart des analystes. Le Nasdaq avait alors dépassé le seuil symbolique des 5000 points. Puis l’euphorie a cédé la place à la panique et le raz-de-marée actuel n’épargne plus personne. Apple, Google, Facebook, Netflix, LinkedIn, GoPro, Tesla ou encore Amazon, les «chouchous» d’hier se sont transformés en vilains petits canards.

Et pourtant, les paradigmes ne sont clairement plus les mêmes. Contrairement aux années 2000 marquées par une multiplication d’entreprises Internet sans modèles économiques tangibles, la plupart des sociétés actuelles présentent de solides bilans ou au moins un potentiel de croissance et de diversification sans commune mesure. Tant Tesla, Google, Apple que certaines licornes de la Silicon Valley (Uber et AirBnb en tête) ont multiplié les casquettes, jouant le rôle de détaillant, de société de services ou encore de vendeur de produits de consommation.

«Apple, Tesla, LinkedIn ou encore Amazon, les «chouchous» d’hier se sont transformés en vilains petits canards»

Du coup, au vu d’une telle substance, relativement inédite dans l’histoire de cette branche, et de la taille gigantesque atteinte par certaines sociétés, le massacre boursier auquel elles font face se justifie difficilement.

Seul avantage au krach actuel, les plus mauvais élèves, tel Twitter (ou Yahoo), seront contraints de repenser entièrement leur modèle d’affaires ou ils prendront le risque d’être rayés de la carte.

Créé: 09.02.2016, 21h10

Olivier Wurlod, journaliste rubrique Economie

Articles en relation

Les marchés tournent le dos aux sociétés Internet

Bourses Google, Apple, Amazon... en quelques semaines, les titres liés aux nouvelles technologies ont chuté. Une «bulle techno» est-elle en train d’exploser? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.