Passer au contenu principal

L'euro a franchi la barre de 1,08 franc

Vers 8 heures lundi, l'euro a atteint 1,0837 franc, un niveau plus atteint depuis cinq mois.

Le nouveau président sera vite confronté à un défi majeur: sceller une majorité claire aux législatives des 11 et 18 juin. (Lundi 8 mai 2017)
Le nouveau président sera vite confronté à un défi majeur: sceller une majorité claire aux législatives des 11 et 18 juin. (Lundi 8 mai 2017)
AFP
Des manifestations anti-Macron ont eu lieu à Paris lundi, à l'appel du collectif «Front social» et des syndicats. (Lundi 8 mai 2017)
Des manifestations anti-Macron ont eu lieu à Paris lundi, à l'appel du collectif «Front social» et des syndicats. (Lundi 8 mai 2017)
AFP
Le candidat ouvrier prône la semaine des 32 heures. Il avait rassemblé 1,15% des voix en 2012, soit bien moins que son prédécesseur au fort capital de sympathie Olivier Besancenot qui, en 2007, avait réuni 4,08% des voix.
Le candidat ouvrier prône la semaine des 32 heures. Il avait rassemblé 1,15% des voix en 2012, soit bien moins que son prédécesseur au fort capital de sympathie Olivier Besancenot qui, en 2007, avait réuni 4,08% des voix.
AFP
1 / 114

Le franc s'est nettement affaibli face à l'euro, après l'annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle française. Les marchés tablent sur une victoire du pro-européen Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, qui plaide pour une sortie de l'euro.

La devise européenne a franchi la barre de 1,08 franc dans la foulée des résultats. Vers 8 heures, l'euro a atteint un plus haut de 1,0837 franc, un niveau plus atteint depuis cinq mois, avant de légèrement refluer. Vers 10h30, la monnaie unique valait 1,0798 franc. Dimanche en début de soirée, l'euro évoluait en dessous de 1,07 franc.

Récemment, le regain d'incertitude sur l'issue du premier tour de la présidentielle française avait de nouveau poussé le franc suisse à la hausse. La Banque nationale suisse (BNS) a plusieurs fois affirmé qu'elle était prête à agir contre une éventuelle appréciation du franc, en cas d'élections nationales surprises en Europe. Le franc reste une valeur-refuge en période d'incertitudes.

Les marchés craignaient une accession au second tour du candidat de «La France insoumise» Jean-Luc Mélenchon, devenu héraut de la gauche, très critique sur l'Union européenne (UE) et la mondialisation.

Marchés rassurés

Arrivé en tête, l'ancien ministre de l'économie, avec 23,75% des voix, devance légèrement la candidate FN Marine Le Pen (21,53%), selon les résultats globaux (hors Français de l'étranger) du Ministère de l'intérieur.

L'euro se renforçait également vis-à-vis du dollar. La devise européenne valait lundi matin 1,0851 dollar, alors qu'elle évoluait momentanément dimanche soir sous 1,07 dollar.

«Les marchés sont rassurés d'échapper au redouté duel Le Pen-Mélenchon», a confirmé dans un commentaire Diego Iscaro, économiste chez IHS Markit. «Cependant, beaucoup de choses peuvent se produire en deux semaines».

Pas d'euphorie

«La réaction initiale des marchés a été plus forte que prévu, signe qu'ils étaient sur leurs gardes», a réagi Yuji Saito, analyste des changes au Crédit Agricole, basé à Tokyo. «Il y avait de quoi être prudent. C'était une course serrée entre quatre candidats à l'issue difficile à prédire».

Mais Yuji Saito a lui aussi appelé à la vigilance. «Que va-t-il se passer entre aujourd'hui et le second tour?: scandale, attaques terroristes, tout est possible», avertit-il. «Nous ne sommes certainement pas en position de tomber dans l'euphorie».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.