Passer au contenu principal

Taux de changeL’euro recule après la dégradation de la note de la France

La monnaie européenne reculait mardi face au dollar au lendemain de l’abaissement par Moody’s de la note de la France qui a perdu son triple A.

L'euro était en baisse face au dollar, mais stable face au franc suisse.
L'euro était en baisse face au dollar, mais stable face au franc suisse.
Keystone

Vers 8h00 (heure suisse), l’euro valait 1,2787 dollar contre 1,2816 dollar lundi vers 24h00. La monnaie unique baissait aussi face à la devise nippone à 103,92 yens contre 104,25 yens lundi soir.

La monnaie suisse était également stable face à l’euro à 1,2045 franc pour un euro et reculait face au dollar, à 0,9420 franc pour un dollar.

Le dollar reculait face à la monnaie japonaise à 81,27 yens contre 81,35 yens lundi soir, après être monté en séance lundi à 81,59 yens, son plus haut niveau depuis près de sept mois. La devise nippone souffre en ce moment des incertitudes politiques au Japon avant des élections générales anticipées prévues le mois prochain.

Mauvaise augure pour la zone euro

De mauvais augure pour la santé de la zone euro, la France, deuxième puissance économique de la région, a perdu la meilleure note possible donnée par l’agence Moody’s, après avoir déjà été privée de son précieux triple A en janvier par Standard and Poor’s.

Moody’s a annoncé lundi soir attribuer désormais à la dette à long terme de Paris la note "Aa1", assortie d’une perspective négative, ce qui signifie qu’elle pourrait à nouveau l’abaisser à moyen terme.

L’agence, qui menaçait d’abaisser la note française depuis le 13 février, évoque des "perspectives économiques de long terme affectées de manière négative par de multiples défis structurels", dont "une perte de compétitivité graduelle mais continue" et "des rigidités des marchés du travail, des biens et des services".

Sanction de la gestion du passé

Le ministre des Finances français Pierre Moscovici a immédiatement réagi déclarant que cette dégradation était une "sanction de la gestion du passé" qui "incite à mettre en oeuvre rapidement" des réformes, appelant à "prendre ça avec calme".

L’euro limite en revanche ses pertes, porté par l’espoir de nouvelles avancées dans le dossier grec.

Après une énième réunion non conclusive la semaine dernière, les ministres des Finances de la zone euro se retrouvent mardi à 16H00 GMT à Bruxelles pour tenter de s’entendre sur le versement de l’aide à la Grèce bloqué depuis juin. Athènes attend une tranche d’aide de 31,2 milliards d’euros provenant d’un prêt promis début 2012.

En Asie, les investisseurs étaient encore concentrés sur les possibilités d’un nouvel assouplissement monétaire au Japon en décembre lors de la prochaine réunion de la Banque du Japon (BoJ) après que celle-ci aut décidé mardi de conserver son taux directeur au jour le jour dans la fourchette de 0,0% à 0,1%.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.