Passer au contenu principal

Royaume-UniL'ex-courtier Adoboli risque l'expulsion

L'ancien courtier d'UBS avait fait perdre plus de deux milliards de dollars à la banque en 2011. Il est désormais détenu dans un centre d'expulsion.

Kweku Adoboli a perdu son statut de résident permanent avec sa condamnation.
Kweku Adoboli a perdu son statut de résident permanent avec sa condamnation.
Keystone

Le dernier chapitre de la saga Kweku Adoboli est en train de se jouer au Royaume-Uni. Le courtier avait stupéfié les marchés en septembre 2011 lorsqu'il avait fait perdre près de 2,3 milliards de dollars à UBS après des transactions non-autorisées.

Condamné en 2012 à sept ans d'emprisonnement, il était sorti de prison en 2015 à la moitié de sa peine. Le courtier de nationalité ghanéenne risque maintenant une expulsion imminente, raconte la BBC.

En effet, selon la loi britannique, tous les résidents étrangers condamnés à plus de quatre ans de prison sont automatiquement expulsés. Kweku Adoboli, qui vit au Royaume-Uni depuis l'âge de 12 ans, était au bénéfice outre-Manche d'un statut de résident permanent mais il n'avait jamais demandé la nationalité britannique.

Renvoi au Ghana

Il avait perdu un premier recours contre son expulsion en 2016 et il accuse les autorités britanniques de racisme. «Je n'étais plus le meilleur élève de mon école, diplômé de l'Université de Nottingham ou encore ambassadeur pour UBS sur les campus, je n'étais plus que le courtier malhonnête d'origine ghanéenne.»

Des accusations qui ont laissé de marbre le ministère de l'Intérieur (Home Office). Un de ses porte-paroles a rappelé que «tous les citoyens étrangers ayant été condamnés à de la prison encourent une expulsion».

Kweku Adoboli, 38 ans, est détenu depuis lundi au centre de détention pour immigrants de Dungaval en Ecosse. En août, un tribunal a autorisé les démarches en vue d'un renvoi au Ghana.

Le Home Office a précisé que l'ancien courtier allait être expulsé d'ici le 10 septembre. Les avocats de l'ex-employé d'UBS vont tenter une ultime démarche pour qu'il puisse rester au Royaume-Uni.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.