Face à Boeing, Bombardier s'allie à Airbus

Aéronautique Le groupe canadien, soumis à une forte pression par les Etats-Unis, a annoncé un partenariat avec l'avionneur européen dans les moyens-courriers.

Les Etats-Unis ont décidé d'imposer des droits compensatoires et antidumping à la Cseries. (Mardi 17 octobre 2017)

Les Etats-Unis ont décidé d'imposer des droits compensatoires et antidumping à la Cseries. (Mardi 17 octobre 2017) Image: Archive/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Airbus engage un spectaculaire rapprochement commercial avec le canadien Bombardier. L'avionneur européen a pris une part majoritaire de son programme d'avions moyen-courriers CSeries, au coeur d'un bras de fer avec Boeing.

Ce rapprochement sur le marché de l'aéronautique civile, annoncé dans la nuit de lundi à mardi, intervient au moment où le groupe canadien est soumis à une forte pression des Etats-Unis. Washington a imposé des droits préliminaires de 220% sur ce type d'avions importés sur leur sol, ainsi qu'une taxe antidumping de 80%.

Boeing accuse Bombardier de fabriquer ces avions grâce à des subventions publiques et de les avoir vendus à perte à Delta Air Lines.

Interrogé par l'AFP, un responsable de Boeing a indiqué que ce rapprochement ressemble à «un accord discutable entre deux compétiteurs dépendant grandement des subventions de l'Etat pour contourner» les récentes décisions américaines d'imposer des droits compensatoires et antidumping à la Cseries.

Force de frappe commerciale

Airbus concrétise son investissement dans le CSeries sans injecter d'argent frais dans le programme, mettant plutôt à contribution sa force de frappe commerciale dans le monde, ce qui va permettre de dégager d'importantes économies de coûts sur la production de l'avion.

«Ceci est un accord gagnant-gagnant pour tout le monde!», a déclaré le PDG d'Airbus, Tom Enders, dans un communiqué commun. «Je n'ai pas de doute que notre partenariat avec Bombardier va gonfler les ventes et la valeur de ce programme énormément.» «Airbus est le partenaire parfait pour nous», a de son côté déclaré Alain Bellemare, le PDG de Bombardier.

L'accord va renforcer le programme de Bombardier sur le plan commercial alors que le CSeries, le premier monocouloir de conception entièrement nouvelle depuis plus de 25 ans, tarde à rencontrer le succès commercial.

Bouffée d'oxygène pour Bombardier

Ce partenariat intervient deux ans après une première tentative de rapprochement entre les deux groupes. Grâce à cette opération, Airbus se renforce sur un segment dont il était absent, sa gamme moyen-courrier de la famille A320 allant de 140 à plus de 200 sièges dans sa version remotorisée.

Il bénéficie aussi du fait que l'appareil, entré en service à l'été 2016, a déjà obtenu sa certification et ne nécessite pas d'importants investissements à l'avenir.

Selon un analyste, un tel rapprochement pour Airbus est une «belle opportunité pour renouveler sa gamme sur le segment des 100 à 150 places» à moindre coût et lui permet «de conserver un pied dans ce marché» qui ne représentait plus son coeur de marché.

Il offre une bouffée d'oxygène à Bombardier qui n'a pas engrangé de nouvelles commandes pour le CSeries depuis un an et demi. Le CSeries vient donc compléter par le bas la gamme d'Airbus, dont la plus petite version, l'A319, est capable d'emporter 140 passagers et au-delà.

Déboires du programme

Swiss a pris livraison du premier CSeries à l'été 2016, avec plus de deux ans de retard sur le calendrier initial. D'ici la fin de l'année prochaine, la compagnie aérienne disposera de plus de 30 appareils de ce type. La Suisse a été le premier pays à en commander.

Le chemin pour acquérir ces avions n'a pas été de tout repos. Lufthansa, la compagnie mère de Swiss, a commandé ces appareils en 2009 déjà. Mais il y a eu de nombreux retards de livraison auprès de Bombardier. A l'origine, la compagnie aérienne suisse devait mettre en service ces avions en 2014.

Les deux appareils de la série (CS100 et CS300) ont été commandés à 360 exemplaires. Et son seuil de rentabilité est passé de 300 à 800 appareils vendus.

Malgré les déboires du programme qui ont lourdement pesé sur ses comptes, Bombardier a toujours assuré que l'appareil est à même de capter une bonne part des 4 à 5000 avions de 100 à 150 places qui seront livrés dans le monde d'ici 2034.

Selon les termes de l'accord, Airbus détiendra approximativement 50,01% de l'entité qui gère le programme CSeries, et Bombardier et Investissement Québec, bras du gouvernement provincial, respectivement 31 et 19%. Le siège du programme et la ligne d'assemblage principale resteront basés au Québec. (ats/nxp)

Créé: 17.10.2017, 15h56

Articles en relation

Trump reçoit Trudeau dans un climat tendu

Etats-Unis Les deux dirigeants se sont entretenus au sujet de l'accord Aléna, sur fond de tensions à propos du dossier des avions de Bombardier. Plus...

Une pub de Boeing s'attire les foudres des Canadiens

Aéronautique Alors que le constructeur multiplie les attaques à l'encontre du canadien Bombardier, sa campagne de promotion dans le pays passe mal. Plus...

Washington taxe les CSeries à 300%

Guerre commerciale Le département américain du commerce a relevé à 300% les taxes sur l'appareil de Bombardier. De quoi contenter Boeing ? Plus...

Des droits de douane sur les avions Bombardier

USA-Canada Les Etats-Unis ont décidé mardi d'imposer des droits antidumping sur les avions canadiens Bombardier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...