Facebook refuse de rémunérer la presse

FranceLe géant de l'Internet refuse d'adopter la directive européenne qui vise à permettre un meilleur partage des revenus du numérique entre les GAFA.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après Google, Facebook a infligé un autre camouflet à la presse française: elle refuse de la rémunérer pour les articles partagés par ses 2,4 milliards d''amis, au grand dam des défenseurs du «droit voisin».

Vendredi, Facebook a dévoilé sa position sur l'application du droit voisin, au lendemain de l'entrée en vigueur d'une loi qui transpose en France ce nouveau droit.

Créé par une directive européenne, il vise à permettre un meilleur partage des revenus du numérique entre les GAFA, qui captent l'essentiel des recettes publicitaires en ligne, et les producteurs d'information qui peinent pour continuer à produire une information de qualité.

Il doit en effet servir de base aux éditeurs de presse pour négocier avec les plateformes une rémunération, en contrepartie de la réutilisation de leurs contenus sur la Toile. Et, de la même manière que Google a refusé de rémunérer la presse française pour les extraits d'articles apparaissant dans ses résultats de recherche et son service Actualités («snipets»), la position de Facebook a fait l'effet d'une douche froide aux éditeurs de presse.

En effet, le réseau social considère tout d'abord qu'il ne paiera pas les éditeurs lorsqu'ils décident de publier eux-mêmes des contenus sur sa plateforme.

Quant aux extraits d'articles, images ou vidéos produites par des éditeurs de presse et partagés par les 2,4 milliards d'utilisateurs du réseau social (dont plusieurs dizaines de millions de France), Facebook refuse là aussi de les rémunérer.

Un pis-aller

Il donne désormais le choix aux éditeurs : soit ils autorisent explicitement le partage de ces extraits à titre gratuit, soit ils le refusent et dans ce cas, ces contenus seront affichés sous une forme dégradée (un simple lien et un titre).

«Facebook refuse, comme Google, de respecter l'esprit et la lettre de la nouvelle loi sur les droits voisins», ont protesté unanimement les principales organisations de la presse écrite en France, à savoir l'Alliance de la presse d'information générale (APIG), le Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) et la Fédération nationale de la presse spécialisée (FNPS).

Les éditeurs, qui sont en train de porter plainte contre Google auprès de l'Autorité de la concurrence, annonceront dans les jours qui viennent quelle suite ils donneront aux annonces de Facebook.

Le réseau social se montre disposé à étendre à la France son nouveau service «Facebook News», tout juste lancé aux Etats-Unis, via lequel il rémunérera certains médias. Jesper Doub, directeur des partenariats médias de Facebook en Europe, Moyen-Orient et Afrique, a assuré dans un article de blog avoir entamé des «discussions» en ce sens avec des éditeurs de presse français. (afp/nxp)

Créé: 29.10.2019, 14h07

Articles en relation

Le bras de fer financier entre médias et GAFA

Les médias estiment ne pas être rémunérés à leur juste valeur par les GAFA, ou géants de la tech. Le point sur l'épineuse question du partage des revenus du numérique. Plus...

Le G20 soutient la proposition de l'OCDE

Taxation des GAFA Un pas de plus a été fait vers une taxation internationale des géants du numérique et des multinationales, vendredi à Washington. Plus...

Les plans de l'OCDE pour taxer les GAFA

Economie L'OCDE veut que les multinationales et les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) paient d'avantage d'impôts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.