Ferring a bénéficié d'une exonération fiscale

VaudL'entreprise Ferring à St-Prex a bénéficié d'une exonération fiscale entre 2006 et 2015 a expliqué Pascal Broulis devant le plénum.

L'entreprise Ferring a bénéficié d'une exonération fiscale entre 2006 et 2015.

L'entreprise Ferring a bénéficié d'une exonération fiscale entre 2006 et 2015. Image: Salvatore Di Nolfi/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ferring à St-Prex (VD) a bénéficié d'une exonération fiscale entre 2006 et 2015. L'entreprise est entrée depuis dans une période de «claw-back» qui lui impose de conserver son siège dans le canton jusqu'en 2025, a déclaré Pascal Broulis devant le plénum. Il répondait mardi au Grand Conseil à une question de Jean-Michel Dolivo.

Le député d'Ensemble à gauche (EAG) souhaitait savoir comment l'exonération fiscale de l'entreprise Ferring avait été renouvelée. Une interrogation qui faisait suite à la révélation par les médias de voyages répétés du conseiller d'Etat Pascal Broulis avec le président de Ferring Frederik Paulsen, et qui pose, selon M. Dolivo, la question de potentiels conflits d'intérêt.

Le chef du département des Finances de l'époque Charles Favre a octroyé à Ferring International Center SA une exonération fiscale temporaire du bénéfice net et du capital imposable pour dix exercices commerciaux, a expliqué Pascal Broulis. Cette exonération a commencé en 2006, une fois l'entreprise en mesure de réaliser son activité. Conformément aux conditions fixées, elle a pris fin en 2015.

Contrôlé par l'ACI

La décision de 2002 ne prévoyait pas de réexamen de la mesure après cinq ans. L'exonération s'est donc déroulée en une seule période sous le contrôle de l'Administration cantonale des impôts (ACI). Cette dernière a suivi le dossier et a dûment vérifié que les conditions ont été remplies tout au long de la période, a relevé le ministre.

L'ACI poursuit son contrôle avec la même rigueur pour la période de claw-back, a ajouté M. Broulis. L'entreprise doit conserver son siège dans le canton jusqu'en 2025, faute de quoi elle sera soumise à un rattrapage d'impôts. «Jusqu'en 2015, elle a eu dix années d'exonération en 'one shot'. Maintenant si elle fait des bénéfices, elle paie des impôts», a résumé le chef des Finances.

Pour mémoire, l'affaire des voyages controversés de Pascal Broulis a déjà provoqué plusieurs interventions au Parlement de la part d'EAG et de la gauche vaudoise, tant sur le forfait fiscal que sur les règles en matière d'acceptation d'avantages. La justice vaudoise a aussi ouvert une enquête préliminaire sur ces déplacements. (ats/nxp)

Créé: 09.10.2018, 17h05

Articles en relation

Les entreprises jubilent, les privés trinquent

Fiscalité vaudoise Le baromètre fiscal vaudois privilégie les entreprises au détriment des personnes physiques. Plus...

La fiscalité des Vaudois devient un thème de débat

Grand Conseil Le parlement est saisi de plusieurs textes pour modifier l’impôt des personnes physiques. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.