Feu vert pour que Sunrise reprenne UPC Suisse

SuisseLa Commission de la concurrence autorise l'opérateur téléphonique à mettre la main sur son concurrent sans conditions.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sunrise franchit une étape clef dans le cadre de la reprise d'UPC Suisse. N'y voyant aucune objection, la Commission de la concurrence (Comco) a donné son feu vert au rachat du câblo-opérateur zurichois à son propriétaire Liberty Global sans condition.

Pour la plupart des marchés, il n'existe que peu de chevauchements entre Sunrise et UPC et ceux-ci n'ont pas été considérés comme étant problématiques, constate jeudi la Comco. Contrairement à la fusion entre Sunrise et Orange - que le gendarme de la concurrence avait interdite en avril 2010 -, il s'agit en l'espèce plutôt d'une concentration complémentaire par laquelle le portefeuille de Sunrise se voit complété par l'infrastructure de réseau câblé d'UPC, explique la Commission.

La Comco observe en outre que Sunrise et UPC ont fait part de leur volonté «d'offrir des produits attrayants sur les marchés de l'accès à internet à haut débit basés sur l'infrastructure du réseau câblé d'UPC à un rapport qualité/prix avantageux en vue d'attirer de nouveaux clients et ainsi gagner des parts de marché». La transaction devrait en conséquence venir stimuler la concurrence.

La décision confirme l'avis de Sunrise selon lequel la transaction lui offrira des avantages compétitifs importants et consolidera son rôle de concurrent, écrit pour sa part le numéro deux helvétique des télécommunications. Ce dernier rappelle que l'opération permettra de réaliser des économies de coûts considérables en particulier dans le secteur du marché de gros ainsi que d'optimiser les ventes croisées.

Assemblée générale décisive

Dans la foulée, l'opérateur établi à Zurich annonce la tenue de l'assemblée générale extraordinaire qui devra se prononcer sur l'augmentation de capital nécessaire à la transaction pour le 23 octobre. Pour financer l'acquisition d'UPC Suisse pour 6,3 milliards de francs, Sunrise prévoit pour mémoire d'augmenter son capital-actions de 4,1 milliards, opération qui ne fait pas l'unanimité parmi les propriétaires de l'opérateur.

Actionnaire de référence de Sunrise avec une participation de près de 25%, l'allemand Freenet a manifesté son opposition à l'augmentation de capital ainsi qu'au rachat d'UPC Suisse. L'opérateur d'outre-Rhin a été rejoint il y a peu par la société d'investissements allemande AOC, qui détient pour sa part 3% de Sunrise.

«Grâce à l'approbation de la Comco, nous avons franchi une étape importante sur la route menant à New Sunrise. À travers l'acquisition d'UPC Suisse par Sunrise, la Suisse accueillera un challenger de taille sur le marché des télécommunications», a commenté le directeur général de Sunrise Olaf Swantee, cité dans le communiqué.

La fusion des infrastructures de Sunrise et d'UPC Suisse ainsi que les investissements d'environ un demi-milliard de francs par an offriront une infrastructure internet haute performance et un réseau 5G potentiellement capables de fournir d'ici 2021 un accès internet haut débit de jusqu'à 1 Gbit/s à 90% des ménages. La transaction apporte également aux actionnaires de Sunrise une «valeur ajoutée substantielle et assure la rentabilité à long terme de l'opérateur», conclut ce dernier.

Consommateurs méfiants

La transaction apporte également aux actionnaires de Sunrise une «valeur ajoutée substantielle et assure la rentabilité à long terme de l'opérateur», conclut ce dernier. Les investisseurs ne se sont pas pour autant emballé après l'annonce de la Comco.

Vers 12h10 à la Bourse suisse, le titre Sunrise progressait tout de même de 0,97% à 77,90 francs, alors que celui de Swisscom gagnait 0,62% à 490,20 francs. Dans le même temps, les indices de référence, SMI et SPI, affichaient des hausses de 0,89% et 0,87%, respectivement.

Si la décision de la Comco n'a pas surpris Swisscom, qui a indiqué à AWP que fusion on non la concurrence dans le secteur demeure intense, l'Association alémanique de protection des consommateurs (SKS) s'est elle avouée très surprise. Elle peine à comprendre les arguments des gardiens de la concurrence qui favorisent la création d'un duopole dans le secteur des télécommunications, Salt n'étant plus de taille à lutter efficacement face à Swisscom et Sunrise.

Ainsi, deux grands opérateurs se partageront l'essentiel du marché suisse, comme il en va déjà depuis longtemps dans le commerce de détail, note la SKS. (ats/nxp)

Créé: 26.09.2019, 07h25

Articles en relation

Un nouvel opposant au rachat d'UPC par Sunrise

Télécommunications L'actionnaire activiste allemand Active Ownership (AOC) s'oppose au rachat d'UPC par Sunrise, qui s'élève à 6,3 milliards de francs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.