Le financier déchu Madoff trouve une place au musée

WashingtonEntre mafieux et serial killers, le financier déchu Bernard Madoff, qui purge une peine de 150 ans de prison pour escroquerie, a droit à la présentation d'objets personnels au Musée du crime de Washington.

Le financier déchu Bernard Madoff a été condamné à une peine de 150 ans de prison.

Le financier déchu Bernard Madoff a été condamné à une peine de 150 ans de prison. Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le financier déchu Bernard Madoff, qui purge une peine de 150 ans de prison pour escroquerie, entre au musée.

Une petite exposition permanente d'objets personnels lui est désormais consacrée au Musée du crime de Washington, entre mafieux et serial killers.

Sa batte de base-ball gravée au nom de «Bernie Madoff», une lettre où il demande pardon à son fils Andrew, une des cinq clefs passe-partout de son bureau new-yorkais sont quelques-unes d'une quinzaine de pièces exposées ayant appartenu ou relatives à un des escrocs financiers les plus célèbres du temps.

Offrir des taux faramineux

«Bernie» Madoff, 75 ans, a été condamné en 2009 pour une escroquerie qui a coûté à des milliers d'investisseurs plus de 20 milliards de dollars, sur le principe du «Système de Ponzi»: offrir des taux faramineux de retour sur investissement en payant les premiers venus avec l'argent des derniers.

Le «public pense violence quand on parle de crime, mais beaucoup ne sont pas violents. Le musée doit s'intéresser à tous», a indiqué à Janine Vaccarello, directrice du musée, précisant que les objets ont été donnés par le fils Madoff, le liquidateur Irving Picard ou des victimes.

La vitrine de Bernard Madoff se trouve à côté d'un mur consacré à Frank Abagnale, un escroc rendu célèbre par le film «Arrête-moi si tu peux» avec Leonardo DiCaprio, mais Bernard Madoff, «c'est le pire des pires, avec des milliers de victimes dans de nombreux pays», ajoute Mme Vaccarello.

«Si ça a l'air trop beau pour être vrai, ça ne peut pas être vrai», a résumé en guise d'avertissement aux crédules et aux vulnérables Joe Persichini, ancien directeur adjoint du FBI à Washington qui participait à l'inauguration de l'exposition. (ats/nxp)

Créé: 22.05.2013, 07h15

Articles en relation

Une victime de Madoff perd son procès

Escroquerie Une ex-hôtesse de l'air qui avait perdu ses économies dans un fonds placé dans les sociétés de Bernard Madoff a été déboutée vendredi dans le procès qu'elle avait intenté à la Société Générale. Plus...

Le frère de Madoff condamné à 10 ans de prison

Escroquerie Le frère de l'homme à l'origine du plus grand scandale financier de l'histoire a été condamné à 10 ans de prison pour avoir falsifié les comptes de la société d'investissement familiale dans laquelle il travaillait. Plus...

La fraude Madoff a démarré dans les années 1970

Etats-Unis De nouvelles charges ont été retenues contre cinq employés de Bernard Madoff. La plus grande arnaque financière a commencé il y a plus de trente ans. Plus...

Les victimes de Madoff en partie remboursées

Etats-Unis Un tribunal des faillites new-yorkais a autorisé mercredi le liquidateur chargé de dédommager les victimes de l'affaire Madoff à débloquer une nouvelle tranche de fonds pour les rembourser. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.