La FINMA a terminé son enquête sur HSBC

InvestigationsL'Autorité de surveillance ne devrait en principe pas ouvrir une nouvelle enquête après les révélations concernant la banque britannique.

Une perquisition a été menée dans les locaux de l'établissement à Genève.

Une perquisition a été menée dans les locaux de l'établissement à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La FINMA a en principe terminé ses investigations sur la banque HSBC, qui affronte la tempête SwissLeaks. L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ne devrait pas ouvrir une nouvelle enquête.

La justice genevoise avait ouvert la semaine passée une procédure pour blanchiment d'argent aggravé à l'encontre de HSBC Private Bank (Suisse). Une perquisition a été menée dans les locaux de l'établissement à Genève.

La filiale helvétique du groupe britannique est depuis plusieurs semaines au centre d'un vaste scandale après les révélations d'un consortium de journalistes sur ses pratiques d'aide à l'évasion fiscale.

«Je ne peux pas exclure en théorie que quelque chose se présente qui pousse la FINMA à s'y intéresser, mais je ne pense pas que cela se produira», a indiqué ce mardi 24 février devant les médias à Berne David Wyss, le directeur de la division enforcement (application du droit de la surveillance).

Page tournée

La surveillance des marchés financiers doit s'exercer en fonction de problèmes actuels, mais l'information ayant fait l'objet de fuites sur HSBC datait de 2006-2007, a observé David Wyss. La FINMA est satisfaite des mesures de redressement prises par la banque.

Le gendarme des marchés financiers avait notamment adressé un blâme à HSBC Private Bank (Suisse) en 2011 à la suite du vol de données commis par l'ex-informaticien de l'établissement Hervé Falciani. L'autorité de surveillance avait fustigé les lacunes de la banque dans le contrôle de ses activités informatiques. Elle avait également constaté des infractions aux directives sur le blanchiment d'argent.

Mises en examen

Les parlementaires fédéraux s'intéressent également au cas HSBC. La commission de gestion du Conseil des Etats veut en savoir plus sur le contrôle exercé sur la banque par la FINMA, a-t-elle annoncé la semaine passée. Elle souhaite discuter avec l'autorité de surveillance afin d'obtenir des informations de première main.

HSBC Private Bank (Suisse) est déjà dans le collimateur de la justice de plusieurs pays européens. En France, l'établissement a été mis en examen depuis le 18 novembre pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et démarchage bancaire illicite de clients français. En Belgique, la banque est inculpée pour fraude fiscale grave et blanchiment. (ats/nxp)

Créé: 24.02.2015, 15h43

Articles en relation

Le patron de HSBC défend son compte en Suisse

Fraude Stuart Gulliver nie avoir ouvert un compte pour raison fiscale, mais seulement pour des raisons de confidentialité. Cette annonce tombe quelques jours après le scandale SwissLeaks. Plus...

Les parlementaires fédéraux s'intéressent au cas HSBC

Secret bancaire La commission de gestion du Conseil des Etats veut en savoir plus sur le contrôle exercé sur cette banque par l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA). Plus...

L'affaire HSBC prend une tournure politique

Royaume-Uni Le chef de l'opposition travailliste a reproché à David Cameron d'avoir nommé ministre l'ex-président de la banque dans son gouvernement. Plus...

Les révélations de SwissLeaks en chiffres

Tricherie fiscale La vaste évasion fiscale organisée par la banque HSBC mise en lumière par le consortium international de journalistes est éclairante. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.