«La FINMA n'a pas fait son travail»

Scandale du LiborL'ancien directeur de l'UBS Oswald Grübel critique vertement l'Autorité fédérale de surveillance des marchés.

Oswald Grübel

Oswald Grübel Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il considère qu'elle n'a pas fait son travail dans l'affaire des manipulations du Libor qu'elle pouvait connaître depuis des années, rapporte le journal alémanique Der Sonntag.

Le contrôle de l'UBS dans le cas des manipulations du Libor, le taux des prêts interbancaires, ne semble pas avoir fonctionné, a constaté Oswald Grübel. Les régulateurs du marché savaient depuis des années que le Libor pouvait être manipulé mais n'ont entrepris quelque chose que maintenant, et naturellement, la politique a également joué un rôle dans ce cas qui dépasse les frontières, a-t-il relevé.

Pour ce qui concerne l'inculpation aux Etats-Unis de deux employés et d'un ancien employé de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), l'ancien directeur de l'UBS estime que la FINMA ne s'est pas mieux comportée. Quand l'UBS devait faire partir ses clients américains, il aurait dû être clair pour tous, y compris la FINMA, qu'elle ne pouvait pas simplement pouvoir transférer l'ensemble de ses conseillers à la clientèle dans d'autres banques suisses, et cela on a pas voulu le prendre au sérieux, a-t-il expliqué.

La Suisse "bouc-émissaire"

Oswald Grübel considère la Suisse comme un bouc-émissaire qui ne se défend pas mais a également fourni les armes à ses adversaires. Selon lui, les médias anglo-saxons ont une joie maligne à taper sur la Suisse et l'UBS. "Nous étions déjà pour eux un brin de paille dans l'oeil; finalement, il semble prouvé que les banques suisses sont encore pire que les leurs", a-t-il déploré.

Dans l'affaire des manipulations du Libor, l'UBS a dû se résoudre à verser une amende d'environ 1,4 milliard de dollars aux régulateurs américains, anglais, britanniques et suisses. Malgré les rumeurs qui couraient, c'est une sanction qui n'était pas vraiment attendue et qui est trois plus élevée que celle de la banque anglaise Barclays.

Facture interne de 100 millions

Cette amende n'est cependant pas la seule facture à charge de l'UBS dans le scandale du Libor. La banque a déjà dépensé 100 millions de francs pour l'enquête interne et l'examen de millions de données, a relevé la NZZ am Sonntag. Il a en effet fallu recourir à 410 avocats pour effectuer ces opérations.

Il ne devrait pas y avoir de plainte en responsabilité contre d'anciens membres du conseil d'administration de la banque, comme le demande un représentant des actionnaires, selon la NZZ am Sonntag.

L'UBS veut éviter des procédures judiciaires contre ses anciens dirigeants et éviter de donner des munitions à d'éventuelles plaintes en dommages-intérêts. Une clause inscrite dans les conditions de départ de l'ancien président Marcel Ospel stipule d'ailleurs que la banque renonce à toute procédure judiciaire contre lui. (ap/nxp)

Créé: 23.12.2012, 08h48

Articles en relation

Widmer-Schlumpf «horrifiée» par la tricherie d'UBS

Scandale du Libor La présidente de la Confédération, comme la plupart des acteurs politiques, condamne sévèrement les anciennes pratiques de la banque. Elle refuse en revanche de demander la tête de l'ancien cadre UBS qui siège à la FINMA. Plus...

UBS envisagerait une plainte contre Marcel Ospel

Scandale du Libor Selon le Tages-Anzeiger, UBS envisagerait une action en justice contre son ancien président Marcel Ospel. L'amende payée pour son rôle dans le scandale du Libor ne met pas la banque à l'abri d'autres procédures. Plus...

«Si tu le fais, je te paie 50'000 ou 100'000 dollars»

Scandale du Libor Les rapports des autorités de surveillance britannique et suisse montrent que les opérateurs d'UBS ne s'encombraient pas de détails pour manipuler le taux Libor. En voici quelques morceaux choisis. Plus...

UBS versera près de 1,4 milliard de francs d'amendes

Scandale du Libor UBS va verser près de 1,4 milliard de francs aux autorités américaines, britanniques et suisses au titre d'amendes et de restitutions de bénéfices. L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers n'a par ailleurs pas trouvé de signe d'implication des instances dirigeantes de la banque. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...