Le fisc ne grève pas le salaire des Suisses

ImpôtsLa charge fiscale moyenne la plus élevée a été observée en Belgique (54%), selon l'OCDE. La Suisse s'en sort bien.

Au niveau de la charge fiscale, la Suisse pointe au 32e rang sur les 35 pays de l'OCDE, avec 21,8 pour cent.

Au niveau de la charge fiscale, la Suisse pointe au 32e rang sur les 35 pays de l'OCDE, avec 21,8 pour cent. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les charges pesant en Suisse sur les salaires sont restées, en 2016, nettement inférieures à la moyenne des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Celle-ci a baissé pour la troisième année consécutive.

Parmi les pays de l'OCDE, la charge fiscale moyenne la plus élevée a été observée en Belgique (54%) pour les travailleurs célibataires sans enfant rémunérés au salaire moyen dans leur pays. Le Plat Pays est suivi par l'Allemagne (49,4%), la Hongrie (48,2%) et la France (48,1%), selon le rapport annuel «Impôts sur les salaires 2017» publié mardi par l'organisation.

Moyenne de 36%

A l'autre bout du classement, les «coins fiscaux» les plus faibles ont été observés au Chili (7%), en Nouvelle-Zélande (17,9%) et au Mexique (20,1%). La Suisse pointe au 32e rang sur les 35 pays de l'OCDE, avec 21,8%. Le pays avait le même pourcentage en 2015, mais occupait alors la 31e place.

Les «coins fiscaux» correspondent au total des impôts versés par les salariés et les employeurs après déduction des prestations familiales reçues, en pourcentage des coûts de main-d'oeuvre pour l'employeur.

La moyenne des pays de l'OCDE s'élève pour sa part à 36%, soit une baisse de 0,07 point de pourcentage par rapport à 2015, précise l'organisation basée à Paris. Il s'agit de la troisième année de baisse consécutive. Cette tendance annule en partie les hausses intervenues au cours des années qui ont immédiatement suivi la crise économique mondiale de 2008.

«Cette baisse s'explique en partie par des réformes dans une poignée de pays», explique Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE. Des baisses d'impôts peuvent renforcer les incitations à travailler pour les revenus faibles et intermédiaires, demeurant ainsi un moyen efficace de favoriser la croissance inclusive.

Aussi pour les ménages

En ce qui concerne les familles, la France possède un coin fiscal particulièrement élevé pour les ménages à un revenu avec deux enfants. Le poids total des prélèvements sur les revenus du travail a représenté 40% du coût de la main-d'oeuvre. Suivent la Finlande (39,2%) et la Belgique (38,6%), à égalité avec l'Italie.

Les pays où le taux effectif d'imposition pour les familles est le plus faible sont la Nouvelle-Zélande (6,2%), le Chili (7%), l'Irlande (8,3%) et la Suisse (9,1%, 32e rang). La moyenne pour les pays de l'OCDE est de 26,6%.

Rôle de la sécurité sociale

Quant au taux moyen d'imposition des personnes physiques dans les pays de l'OCDE, il était de 25,5% en 2016, identique à celui de l'année précédente. La Belgique, avec 40,7% des rémunérations brutes, affiche à nouveau le taux le plus élevé, devant l'Allemagne (39,7%) et le Danemark (36,2%). En Suisse, ce taux atteint 16,9%.

«Une baisse d'un point de pourcentage ou plus du coin salarial a été constatée dans deux pays, qui ont tous les deux engagé des réformes - l'Autriche (-2,47 points) et la Belgique (-1,32 point)», note l'OCDE.

La diminution survenue en Autriche est principalement la conséquence d'une réduction de l'impôt sur les revenus des personnes physiques (IRPP), tandis qu'en Belgique elle s'explique par une baisse de l'IRPP et des cotisations patronales de sécurité sociale.

La variation de l'IRPP a également été le principal facteur dans la plupart des pays où le coin fiscal a reculé en 2016. En Islande et en Suisse, les variations des cotisations de sécurité sociale ont également joué un rôle, note l'OCDE. (ats/nxp)

Créé: 11.04.2017, 15h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...