Le fisc italien se dote d’un robot qui traque les fraudeurs

InformatiqueLe fisc italien s’est doté d’un «redditometro», robot informatique capable de traquer plus efficacement les fraudeurs, suscitant critiques et crispations mardi au lendemain de son entrée en service.

Un contrôle fiscal se déclenche dès qu'il y a plus de 20% d'écart entre les sommes déclarées par les contribuables et les sommes dépensées.

Un contrôle fiscal se déclenche dès qu'il y a plus de 20% d'écart entre les sommes déclarées par les contribuables et les sommes dépensées. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le «redditometro» - «indicateur de richesse» - entré en fonction lundi en Italie est un outil informatique qui permet de recouper les déclarations de revenus et les dépenses de plus de 35'000 foyers italiens au cours des 4 dernières années. Il est surtout capable de traquer plus efficacement les fraudeurs.

En cas d’écart de plus de 20% entre les sommes déclarées et les sommes dépensées, un contrôle fiscal est immédiatement déclenché. «Les 007 du fisc», très redoutés par les Italiens, sont en réalité des dizaines d’ordinateurs reliés à différentes banques de données contenant les traces de transactions effectuées par les contribuables.

Tout y passe

Tout est examiné : de l’achat d’un véhicule à la contraction d’un prêt immobilier, des petites dépenses vestimentaires ou alimentaires aux investissements financiers. Le robot informatique permet de «débusquer les gros fraudeurs et les faux pauvres», selon Marco di Capua, directeur adjoint du fisc.

Le robot entré en fonction lundi est une version revue et corrigée du premier «redditometro» introduit en 2010 par le gouvernement de Silvio Berlusconi, rappelle la presse.

L’outil de traque des fraudeurs du fisc a été au cœur de vives polémiques au cours de la dernière campagne électorale pour les législatives de février. Ce système informatique a permis à l’Etat italien de récupérer 116 millions d’euros en 2011 et seulement 30 millions d’euros sur les 708 millions prévus en 2012: des sommes jugées dérisoires par rapport au montant total de la fraude fiscale en Italie estimé à 120 milliards d’euros par an.

Maximum 0,7%

Selon le centre d’études de l’organisation professionnelle Cgia, la version améliorée du «redditometro» devrait permettre à l’Etat italien de récupérer au maximum 0,7% du montant annuel estimé de l’évasion fiscale. Le nouveau «redditometro» constitue cependant selon le syndicat un outil supplémentaire pour l’administration fiscale contre les fraudeurs.

L’outil a fait l’objet de vives critiques de la part du vice-secrétaire de la Ligue du Nord, Matteo Salvini. L’élu de droite a comparé sur sa page facebook la méthode à celles utilisées par les «régimes communistes et facistes». «Seul un Etat voleur peut en arriver là», a-t-il commenté.

Fin juillet, le chef du gouvernement Enrico Letta a promis une "lutte sans merci" contre la fraude fiscale, s’engageant à utiliser les sommes récupérées afin de réduire les impôts. (afp/nxp)

Créé: 20.08.2013, 14h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.