Le FMI souhaite un retour à un taux de change flottant

SuisseLe FMI a également appelé les grandes banques suisses, qui doivent se doter d'ici 2019 de fonds propres de meilleure qualité, à mettre en place ces mesures plus rapidement.

La BNS avait introduit le 6 septembre 2011 un taux de change plancher à 1,20 franc suisse pour un euro.

La BNS avait introduit le 6 septembre 2011 un taux de change plancher à 1,20 franc suisse pour un euro. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Fonds monétaire international (FMI) a recommandé mardi à la Suisse de revenir à un taux de change flottant dès que la situation économique le permettra.

La Banque nationale suisse (BNS, banque centrale) avait introduit le 6 septembre 2011 un taux de change plancher à 1,20 franc suisse pour un euro, afin de stopper l'appréciation de la monnaie helvétique, considérée comme étant une monnaie refuge.

Des risques de surchauffe

"Quand les conditions économiques se normaliseront, un retour à un taux de change flottant serait désirable", a estimé le FMI dans sa revue périodique de l'économie suisse.

"Retarder la sortie (du taux plancher) pourrait porter le risque d'un stockage de l'inflation", a averti le FMI, qui a cependant reconnu que l'introduction du cours plancher était "une réponse appropriée" aux risques auxquels était confrontée la Suisse.

Le taux de changes entre l'euro et le franc suisse avait quasiment atteint la parité l'été dernier, mettant en danger les exportateurs suisses dont les produits se renchérissaient au fur et à mesure que la monnaie helvétique s'appréciait.

Depuis l'introduction du cours plancher, que la BNS a promis de défendre, le franc évolue aux alentours des 1,20 franc pour un euro, redonnant un peu de compétitivité aux exportateurs.

Le FMI a également appelé les grandes banques suisses, qui doivent se doter d'ici 2019 de fonds propres de meilleure qualité, à mettre en place ces mesures plus rapidement.

L'institution a par ailleurs pointé du doigt des risques de surchauffe dans le secteur de l'immobilier, dont les prix ne cessent de grimper, alors que les taux d'intérêts sont historiquement bas. (afp/nxp)

Créé: 20.03.2012, 15h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.