Le FMI veut aménager la dette grecque

GrèceChristine Lagarde a plaidé mercredi pour une restructuration de l'énorme dette grecque pour soulager le pays.

Christine Lagarde arrive à Berlin. (Mercredi 22 février 2017)

Christine Lagarde arrive à Berlin. (Mercredi 22 février 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a plaidé mercredi pour une restructuration de l'énorme dette grecque pour soulager le pays. Elle a toutefois jugé qu'une réduction de son montant n'était pas nécessaire.

La dette grecque «devra être restructurée de manière appropriée» et l'ampleur de cette opération «va clairement dépendre» des réformes mises en oeuvre par Athènes pour réduire son déficit public, a déclaré à Berlin Christine Lagarde à la chaîne de télévision allemande ARD. Elle s'exprimait après une entrevue avec la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin.

Dans l'immédiat, «nous sommes beaucoup plus confiants» sur les chances d'aboutir à une solution sur le déblocage de nouveaux prêts en faveur de la Grèce, de la part de la zone euro et du FMI, après des semaines de blocage sur cette question, a jugé la patronne du FMI.

Sauvée de la faillite au début de la décennie, la Grèce est engagée actuellement dans un troisième programme d'aide international qui a démarré à l'été 2015 et doit courir jusqu'au 20 août 2018, avec un maximum de prêts prévu de 86 milliards d'euros. Mais les tractations sur le versement d'une nouvelle tranche de prêts piétinent.

Marcher sur deux jambes

Alors que le FMI avait récemment laissé planer la menace de ne plus prêter d'argent frais au pays, Mme Lagarde a salué mercredi «les progrès» réalisés par Athènes en matière de réformes de l'économie grecque pour satisfaire les exigences de ses créanciers.

Concernant la réforme des retraites et du système fiscal en Grèce, entre autres, «les choses commencent à avoir l'air sérieuses», a jugé Christine Lagarde. Des représentants des créanciers doivent se rendre prochainement à Athènes pour boucler ces mesures avec le gouvernement grec.

Mais aux yeux de Christine Lagarde, ces réformes ne sont qu'un volet des efforts à faire. L'autre sera à effectuer par les créanciers eux-mêmes et porte sur un assouplissement des conditions de remboursement de la dette grecque.

La Grèce doit pouvoir «marcher sur deux jambes», a-t-elle dit, et «la deuxième jambe sera le montant de la dette que le pays peut supporter et cette dette va devoir être restructurée de manière appropriée». (ats/nxp)

Créé: 23.02.2017, 01h03

Articles en relation

La Grèce pourrait emprunter à la mi-2018

Marchés Selon le président du mécanisme européen de stabilité, Athènes pourra se financer sur les marchés d'ici un peu plus d'un an. Plus...

Plan de sauvetage: Athènes fait des concessions

Grèce Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble affirme qu'une position commune a été trouvée entre les créanciers. Plus...

La zone euro au chevet de la Grèce

Crise de la dette Les ministres des Finances de la zone euro se réunissent lundi à Bruxelles dans l'espoir de débloquer l'impasse sur le plan d'aide à la Grèce. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.