Le FMI voit des «nuages» sur la croissance mondiale

Conjoncture La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde a évoqué un ralentissement de la croissance en raison des incertitudes.

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde tire la sonnette d'alarme.

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde tire la sonnette d'alarme. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde voit «des nuages plus sombres» à l'horizon de la croissance économique mondiale en raison notamment des tensions entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux qui menacent le libre-échange.

«Le tableau général est actuellement lumineux. Mais nous pouvons voir des nuages plus sombres pointer à l'horizon», a-t-elle déclaré à Hong Kong dans un discours en prélude à la réunion de printemps du FMI.

Une Asie encore solide

Christine Lagarde rappelle qu'en janvier, l'institution basée à Washington avait révisé en hausse ses prévisions de croissance économique mondiale à 3,9% pour 2018 et 2019. Et, elle souligne que le FMI continue d'être optimiste alors que «les économies avancées devraient s'accroître au-dessus de leur potentiel de croissance moyenne cette année et l'année prochaine» et les Etats-Unis sont au plein emploi.

Parallèlement, en Asie, les perspectives restent solides, «ce qui est bon pour tout le monde puisque cette région contribue à près des deux tiers à la croissance mondiale», souligne-t-elle.

Aux gouvernements d'agir

Pour autant, la dirigeante du Fonds monétaire international, dont les propos avaient été diffusés au préalable par le FMI, estime que le rythme de «la croissance attendue pour 2018 et 2019 va finir par ralentir» dans la mesure où les politiques pour soutenir l'économie vont s'estomper notamment aux Etats-Unis et en Chine.

Elle souligne la nécessité pour les gouvernements d'agir pendant que le contexte économique demeure favorable.

«La fenêtre d'opportunité est ouverte. Il y a désormais une nouvelle urgence parce que les incertitudes se sont accrues de manière significative», dit-elle citant les tensions commerciales, les risques fiscaux et financiers accrus ainsi que l'incertitude géopolitique.

Les leçons de l'histoire

Elle a en outre dressé des priorités pour soutenir la croissance économique, la première étant pour les gouvernements de «se tenir à l'écart du protectionnisme sous toutes ses formes».

«L'histoire nous montre que restreindre les importations affecte tout le monde, en particulier les consommateurs pauvres», a réagi Christine Lagarde.

Craintes de guerre commerciale

Ces commentaires interviennent alors que les tensions entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux, en particulier la Chine, ont redoublé d'intensité ces derniers mois. Le président américain Donald Trump estime que le déficit commercial abyssal de Washington avec le géant asiatique résulte de pratiques déloyales telles que «le transfert de technologie forcé» et «le vol de la propriété intellectuelle».

Après avoir imposé début mars des droits de douanes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, l'administration Trump a dressé une liste provisoire de produits chinois représentant 50 milliards d'importations susceptibles d'être soumis à leur tour à de nouvelles taxes américaines.

Pékin a rétorqué en annonçant des représailles dans des proportions identiques visant les produits américains ce qui a poussé le président américain à surenchérir en menaçant de viser pour 150 milliards de dollars d'importations chinoises.

Les droits de douane? Pas la solution

«Oui, il y a des pratiques déloyales - qui doivent être éliminées - et qui peuvent laisser des traces sur les balances commerciales entre les pays», a poursuivi Christine Lagarde, relevant que tous les pays doivent respecter les règles du jeu en protégeant par exemple davantage la propriété intellectuelle et en réduisant les distorsions qui permettent de favoriser les entreprises d'Etat.

Pour autant, estime-t-elle, «la meilleure façon de s'attaquer aux déséquilibres macro-économiques n'est pas d'imposer des droits de douane mais d'avoir recours à des politiques ayant un effet sur l'économie dans son ensemble comme les outils budgétaires ou les réformes structurelles». Elle suggère ainsi aux Etats-Unis de s'attaquer par exemple à leurs dépenses publiques. (afp/nxp)

Créé: 11.04.2018, 07h49

Articles en relation

Lagarde craint une «guerre commerciale»

Croissance La patronne du Fonds monétaire international a fait part de ses craintes après l'annonce de Donald Trump de vouloir taxer les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis. Plus...

A Davos, Lagarde incite à profiter de l'embellie

WEF La directrice générale du FMI Christine Lagarde a appelé lundi à Davos les politiques à ne pas se reposer sur les lauriers de la reprise et à engager des réformes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.