Des fonds pour l'Afrique via des paradis fiscaux

Banque mondialeOxfam dénonce une pratique quasiment systématique d'une branche de la Banque.

Le siège de la Banque mondiale à Washington, D.C. (Etats-Unis).

Le siège de la Banque mondiale à Washington, D.C. (Etats-Unis). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les trois quarts des entreprises ayant reçu des prêts de la Banque mondiale destinés à financer des projets de développement en Afrique subsaharienne ont fait transiter ces fonds par des paradis fiscaux, a révélé lundi l'ONG britannique Oxfam.

Sur 68 entreprises qui ont obtenu en 2015 des prêts de la Société financière internationale (SFI), la branche de la BM qui accorde des prêts aux compagnies privées, 51 ont fait passer cet argent par des territoires considérés comme des paradis fiscaux, principalement l'île Maurice, rapporte l'ONG dans un communiqué.

Par ce procédé, dénonce Oxfam, ces entreprises ont «déguisé (ces fonds) en investissement étranger direct», leur permettant d'obtenir des allègements fiscaux et autres avantages, là où la région la plus pauvre du monde «a désespérément besoin des impôts sur les sociétés pour investir dans les services publics et les infrastructures».

Garde-fous

«Cela n'a aucun sens pour la Banque mondiale de dépenser de l'argent pour inciter les entreprises à investir dans le "développement", si elle ferme les yeux sur le fait que ces entreprises pourraient tricher dans les pays pauvres sur les recettes fiscales qui sont nécessaires pour lutter contre la pauvreté et l'inégalité», a expliqué Susana Ruiz, conseillère en matière de politique fiscale chez Oxfam.

Selon elle, la Banque mondiale «doit placer des garde-fous» pour s'assurer que l'investissement dans le développement de ces pays ne se réalise plus dans «l'opacité».

Cette annonce intervient en plein scandale des «Panama Papers» sur le système offshore, qui sera au menu de la réunion de printemps du FMI et de la Banque mondiale qui se tient cette semaine à Washington.

Fonds inconnus du public

Dans le détail, les 51 entreprises incriminées --dont les noms n'ont pas été cités-- ont reçu 84% des financements de la SFI pour la région en 2015.

Cette branche de la Banque mondiale a plus que doublé ses prêts à ces entreprises faisant transiter des fonds par des paradis fiscaux, de 1,20 milliard de dollars en 2010 à 2,87 milliards en 2015, précise Oxfam.

La destination de plus de la moitié des fonds alloués par la SFI n'est pas connue du public, fustige l'ONG, «car cela est réalisé à travers des intermédiaires financiers opaques». (afp/nxp)

Créé: 12.04.2016, 00h29

Articles en relation

Cameron contre-attaque sur l'évasion fiscale

«Panama papers» Le premier ministre annonce un durcissement de la législation contre l'évasion fiscale. Plus...

Le Panama n'est pas un paradis fiscal pour Madrid

«Panama papers» L'Espagne considère que le Panama n'est pas un paradis fiscal, a réitéré lundi son ministre de la Justice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.