Forbes honore les talents d'une patronne vaudoise

InnovationLe magazine économique américain vient d’«awardiser » Kristina Bazan «deuxième créateur le plus influent du monde parmi les moins de 30 ans».

Kristina Bazan

Kristina Bazan Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Intuition, grâce et inspiration. Il est donc difficile de résister aux charmes de Kristina Bazan, candiate à l’élection de Miss Suisse en 2011. Les responsables du magazine économique américain Forbes viennent une nouvelle fois de le prouver. Mardi ils ont en effet attribué à cette jeune cheffe d’entreprise suisse le titre de « deuxième créateur le plus influent dans le monde ». Quelques 15'000 candidats se trouvaient en lice dans cette compétition.

Ce verdict a bien sûr suscité un flot de dépêches d’agences de presse et autres blogs voués à la mode. Avec une contradiction fréquente dans leurs informations respectives, susceptibles de susciter de vives tensions sur l’arc lémanique. Kristina Bazan est-elle vaudoise ou genevoise ?

Faute d’avoir pu atteindre la dauphine des créateurs influents, nous nous sommes repliés sur les informations publiées récemment. La presse romande, pour sa part, la considère le plus souvent comme vaudoise. Les quotidiens alémaniques, à l’instar du Blick, la présentent plus volontiers comme une Genevoise. Sur les sites contrôlés par l’intéressée, celle-ci est aussi présentée comme une ressortissante de la Cité de Calvin. Mais il est vrai que lors de sa participation à l’élection de Miss Suisse, cette candidate était présentée comme une citoyenne originaire de Begnins, commune vaudoise située à une trentaine de kilomètres de Genève. Pour consoler tout le monde, revenons à l’essentiel : il s’agit d’une femme de talent.

Kristina Bazan, 21 ans, enchaîne en effet les succès. En octobre dernier, la Vaudoise est ainsi devenue la nouvelle ambassadrice L’Oréal Paris. Pour attirer l’attention du monde sur les atouts du géant français des cosmétiques, la Suissesse joint ainsi sa notoriété à celles du top-modèle Karlie Kloss, de l’actrice Julianne Moore et de la pop star Beyoncé. La Suissesse compte il est vrai déjà deux millions d’abonnés sur son seul compte Instagram. En embauchant Kristina Bazan, L’Oréal a ainsi obtenu un accès direct à une foule de jeunes filles particulièrement sensibles aux causes de la mode et du maquillage.

La jeune Romande a commencé à bâtir son succès en janvier 2011 en créant un blog retentissant :« Kayture ». Et tout indique que c’est ce produit, consultable en tout temps, qui se trouve à l’origine de sa performance auprès des experts de Forbes. Le potentiel de ce blog paraît en plus n’être encore qu’à ses débuts. On y a découvert, entre autre, les pérégrinations « mode » d’une jeune fille sophistiquée et photographiée sous toutes les coutures par James Vyn, cofondateur du site et compagnon de la «fashionista».

Après deux mois d’activité, la toute jeune petite entreprise « Kayture » a séduit Vogue Japon, Puis le nombre de visites sur Kayture n’a cessé de décupler : un quart de ses hôtes serait encore domicilié en Suisse. Convaincus du savoir-faire de Kristina Bazan, nombre marques de prestige se seraient déjà offert les services numériques de la blogueuse, comme Cartier, Chopard, Piaget, Yves Saint Laurent ou Louis Vuitton.

Créé: 06.01.2016, 16h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.