La France veut faire de Panama un paradis fiscal

«Panama papers»Paris va réinscrire le petit Etat dans sa liste des pays non coopératifs sur le plan fiscal.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre des Finances Michel Sapin a assuré mardi que la France allait réinscrire le Panama sur sa liste des Etats et territoires non-coopératifs (ETNC) en matière fiscale, en raison des révélations du scandale des «Panama papers». Le Panama «a voulu nous faire croire qu'il était en capacité de respecter les grands principes internationaux. Il a pu obtenir ainsi de ne plus être inscrit sur la liste noire des paradis fiscaux», a rappelé Michel Sapin, interrogé à l'Assemblée nationale.

Mais au vu des révélations sur sa politique vis-à-vis de l'évasion fiscale, «la France a décidé de réinscrire le Panama sur la liste des pays non-coopératifs, avec toutes les conséquences que ceci aura pour ceux qui auront des transactions» avec ce pays d'Amérique latine, a-t-il ajouté.

Retiré en janvier 2012

La France avait retiré le Panama de sa liste de territoires non-coopératifs le 1er janvier 2012, après la signature d'une convention avec les autorités panaméennes sur la lutte contre l'évasion fiscale.

Mais en décembre 2015, lors de l'actualisation de sa liste des paradis fiscaux, Bercy avait précisé rester «très attentif à l'évolution des échanges» avec ce pays, jugeant «pas satisfaisante» sa coopération vis-à-vis des «demandes d'information des autorités françaises».

Secteur financier florissant

Le Panama, pays d'Amérique centrale fréquemment secoué par des scandales de corruption, se trouve dans l'oeil du cyclone médiatique depuis les révélations d'évasion fiscale à grande échelle dans le cadre des «Panama Papers», impliquant des hauts responsables politiques, sportifs ou milliardaires.

Ce petit Etat de quatre millions d'habitants est le siège de nombreuses compagnies off-shore. Son secteur financier florissant représente, en comptant les revenus issus du célèbre canal de Panama, près de 80% du PIB.

La Commission européenne a intégré ce pays dans une liste de 30 paradis fiscaux en présentant en juin 2015 son plan de lutte contre l'évasion fiscale des entreprises multinationales. Mais le Gafi, institution de lutte contre le blanchiment, l'a pour sa part retiré de sa liste grise, début 2016. (ats/afp/nxp)

Créé: 05.04.2016, 15h54

Infobox

Articles en relation

Le «système offshore sophistiqué» du clan Le Pen

Panama papers Des proches de Marine Le Pen sont impliqués dans le dossier «Panama papers», selon Le Monde. Plus...

Mercedes a embauché Rosberg via les Caraïbes

Panama papers Le contrat passé entre le champion de F1 et l'écurie allemande est signalé dans les «Panama papers». Plus...

Credit Suisse rejette les accusations d'évasion fiscale

Panama papers Le directeur général de Credit Suisse, Tidjane Thiam, a assuré que sa banque ne gérait des actifs que dans des buts licites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.