Fraude sur les changes : un chef de HSBC arrêté

Etats-UnisIl s'agit du premier individu écroué dans le cadre des enquêtes sur des manipulations présumées du marché des changes.

Mark Johnson sort du tribunal de Brooklyn avec son avocat après avoir été libéré sous caution. (Mercredi 20 juillet 2016)

Mark Johnson sort du tribunal de Brooklyn avec son avocat après avoir été libéré sous caution. (Mercredi 20 juillet 2016) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités américaines ont confirmé avoir arrêté un dirigeant de la banque HSBC qu'elles accusent de manipulation du marché de change.

Celui-ci a ensuite été remis en liberté sous caution. L'arrestation traduit l'offensive du département de la Justice (DoJ) pour traîner devant les tribunaux banquiers et traders dont les pratiques illicites ont conduit à la crise de 2008.

Mark Johnson, 50 ans, responsable Monde du courtage des devises de la banque britannique, a été arrêté mardi 19 juillet au soir à l'aéroport de New York-John F. Kennedy par la police fédérale (FBI), a annoncé mercredi le DoJ.

Citoyen britannique

Mark Johnson, qui est un citoyen britannique basé aussi bien à Londres qu'à New York, est le premier individu écroué dans le cadre des enquêtes sur des manipulations présumées du marché des changes menées depuis plus de trois ans par des régulateurs à travers le globe.

Il a été présenté à un juge fédéral d'un tribunal de Brooklyn (New York) et a été remis en liberté sous caution d'un montant d'un million de dollars, a indiqué une source judiciaire.

Mark Johnson et Stuart Scott, 43 ans, ancien responsable Europe des devises de HSBC, également mis en cause, sont accusés de délit d'initié.

Achat de livres sterling

Les faits se seraient déroulés en novembre et en décembre 2011, un mois après qu'une société énergétique dont le nom n'est pas communiqué a retenu HSBC pour un ordre d'achat massif visant à convertir des ventes de 3,5 milliards de dollars en livres sterling.

Mark Johnson et Stuart Scott se sont servis de ces informations pour acheter en amont des livres pour le compte propre de HSBC avant de valider l'ordre d'achat du client, ce qui a permis à HSBC d'engranger un profit total de 8 millions de dollars (7,82 millions de francs), dont 3 millions pour les deux traders, a indiqué à l'AFP une source anonyme proche du dossier.

Les accusés ont «trahi la confiance de leur client et frauduleusement manipulé le marché de changes à leur profit et pour celui de la banque», fustige Leslie Caldwell, une ministre adjointe de la Justice citée dans un communiqué.

UBS déjà pénalisé

Pour Paul Abbate, directeur adjoint du FBI, Johnson et Scott «ont escroqué des clients en détournant des informations confidentielles pour manipuler les prix des devises à leur profit et pour celui de la banque (HSBC)».

«HSBC a coopéré et continue de coopérer à l'enquête du DoJ», a indiqué pour sa part Robert Sherman, un porte-parole de HSBC.

Six grandes banques américaines (Citigroup, JPMorgan Chase et Bank of America), britanniques (Barclays et Royal Bank of Scotland) et suisse (UBS) ont déjà écopé d'une série de pénalités infligées par les autorités américaines et britanniques en novembre 2014 et mai 2015, représentant un total de près de 10 milliards de dollars, pour leur rôle dans cette affaire. Aucun individu n'avait encore été écroué.

Accord avec les investisseurs lésés

En août dernier, ces six banques ont conclu, aux côtés de trois autres établissements (la française BNP Paribas, l'américaine Goldman Sachs et la britannique HSBC), un accord de plus de 2 milliards de dollars avec des investisseurs s'estimant lésés.

Les régulateurs reprochent aux cambistes de ces grands établissements d'avoir utilisé des forums de discussion sur internet et des messageries instantanées pour se concerter de façon indue afin d'infléchir un taux de référence du marché des changes.

Le marché des changes représente une gigantesque Bourse mondiale qui voit transiter l'équivalent de 5'300 milliards de dollars de transactions par jour, dont 40% via la City de Londres. Toute entorse à la règle porte potentiellement sur des sommes faramineuses. (ats/nxp)

Créé: 21.07.2016, 02h01

Articles en relation

Peine définitive contre Hervé Falciani

Vol de données L'ex-informaticien de la banque HSBC est définitivement condamné à une peine de cinq ans de prison ferme. Plus...

Les USA requièrent l'aide de Berne pour HSBC

Conflit fiscal L'autorité fiscale américaine a adressé une demande d'assistance administrative à la Suisse. Plus...

L'enquête sur HSBC Londres est finie, reste HSBC Suisse

Fichiers Falciani Les juges français ont fini l'enquête pour fraude fiscale sur la maison-mère. Mais ils réclament un procès pour HSBC Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.