Fraude fiscale: comptes actifs en Australie

Credit SuisseLes investigations du fisc australien portent leurs premiers fruits. Des comptes encore actifs appartenant notamment à des clients de Credit Suisse ont été identifiés.

Les autorités australiennes ont repéré des centaines de comptes bancaires, un millier en tout, dont certains encore actifs, dans le cadre des perquisitions menées la semaine passée en Europe et en Australie visant notamment des clients de Credit Suisse.

Les autorités australiennes ont repéré des centaines de comptes bancaires, un millier en tout, dont certains encore actifs, dans le cadre des perquisitions menées la semaine passée en Europe et en Australie visant notamment des clients de Credit Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités australiennes ont repéré des centaines de comptes bancaires, un millier en tout, dont certains encore actifs, dans le cadre des perquisitions menées la semaine passée en Europe et en Australie visant notamment des clients de Credit Suisse. Elles ont déjà identifié 346 titulaires.

Les investigations du fisc australien visant à dénicher ses compatriotes s'adonnant à la fraude portent ainsi leurs premiers fruits. Une partie des comptes repérés sont encore actifs, a indiqué Michael Cranston, numéro deux de l'autorité fiscale du pays, dans une interview accordée à l'agence de presse Reuters.

«Les informations que nous possédons démontrent que dans plusieurs cas des mouvements ont existé au cours de la dernière ou des deux dernières années», a précisé Michael Cranston.

Tolérance zéro

Les perquisitions engagées la semaine passée ont été introduites par les autorités néerlandaises et confirmées par Credit Suisse elle-même vendredi. Les Pays-Bas enquêtent sur des personnes suspectées de fraude fiscale ainsi que de blanchiment et soupçonnées d'avoir caché des millions d'euros aux autorités.

Ces personnes auraient placé leur argent sur des comptes ouverts, le nombre de 55'000 ayant été avancé, auprès d'une banque suisse, les autorités néerlandaises ne la nommant pas. Credit Suisse a fait publier il y a quelques jours des pages de publicité dans la presse européenne pour rappeler sa pratique de tolérance zéro en la matière.

MPC en contact

Pour rappel, une opération internationale, coordonnée par l'agence européenne Eurojust, qui gère la coopération judiciaire de l'Union européenne, a été menée jeudi aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et en Australie.

En Suisse, le Ministère public de la Confédération (MPC) a fait part dès vendredi de son étonnement d'avoir été mis à l'écart. Il est toutefois désormais en contact avec les autorités des Pays-Bas, a indiqué mercredi à Berne le procureur général Michael Lauber, lors de la présentation du rapport d'activité 2016 de l'instance. (ats/nxp)

Créé: 05.04.2017, 17h25

Articles en relation

Les bonus de Credit Suisse font des vagues

Banque Certains actionnaires ne veulent pas des 26 millions que la direction de l'établissement souhaite se partager. Plus...

Credit Suisse affiche sa «tolérance zéro»

Fraude fiscale Au coeur d'une enquête internationale pour évasion fiscale, le Credit Suisse se lance dans une campagne de publicité afin de faire le point sur sa politique. Plus...

Credit Suisse lance une enquête interne

Evasion fiscale Les bureaux de Credit Suisse à Londres, Paris et Amsterdam ont été «contactés». La banque dit collaborer avec les autorités. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.