Les frères Koch ont-ils suscité le shutdown?

Etats-UnisDeux milliardaires américains sont dans le viseur des Démocrates: David et Charles Koch auraient usé de toute leur influence pour bloquer le budget au Congrès. Les conservateurs crient à la théorie du complot.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils sont frères et égaux jusque dans la fortune: 36 milliards de dollars chacun selon Forbes, ce qui en fait les 4e et 5e fortunes des États-Unis. Mais David et Charles Koch ne sont pas seulement très riches. Ces deux milliardaires sont aussi très influents à la droite de l'échiquier politique américain.

«Ils ont dépensé des centaines de millions de dollars pour nous entraîner là où nous sommes aujourd’hui»: l'accusation est directe et elle ne vient pas de n'importe qui. C'est Harry Reid, leader du parti Démocrate au Sénat qui a osé cette attaque dès la deuxième semaine du shutdown.

Les think tank conservateurs

Immédiatement, un porte-parole des deux frères, qui ont hérité et développé l'empire Koch Industries créé par leur père, a démenti leur implication. Pourtant, le rôle de ces deux patrons et mécènes est trouble: affichant clairement leurs opinions conservatrices, ils financent une vingtaine de centres de réflexion. Et ces think tank prospèrent, diffusant des idéaux anti-avortement, pro-peine de mort et surtout, dernièrement, contre l'Obamacare.

C'est d'ailleurs un des protégés des frères Koch, Ted Cruz, sénateur fraîchement élu au Texas, qui a, fin septembre, fait la une des médias américains avec un discours de 21 heures d'affilée à la tribune de la chambre basse du Congrès pour dénoncer les méfaits de la réforme de l’assurance-santé voulue par Barack Obama: incitation à l’assistanat, hausse inconsidérée des impôts, déficits publics abyssaux, etc.

Et c’est ce même Ted Cruz qui a œuvré, avec d'autres élus membres ou proches du Tea Party, à souder le parti Républicain autour du refus de voter le budget et le relèvement du plafond de la dette. Il était certain de faire céder Barack Obama et d'obtenir le report, voire l'abrogation de la réforme.

Des campagnes pour dénoncer les traîtres Républicains

L'argent des riches mécènes ne sert pas seulement à financer des locaux sublimes au centre des plus grandes villes des USA pour leurs think tank. Leur générosité alimente aussi la campagne visant à convaincre des milliers de jeunes de ne pas souscrire d'assurance-santé.

Une manœuvre dénoncée par Barack Obama lui-même: «Des hommes, parmi les plus riches du pays, financent une campagne abjecte pour convaincre les jeunes de ne pas prendre d’assurance-santé. Vous pensez bien que, avec leurs milliards de dollars, ils ont une bonne couverture sociale. Et vous pensez que, lorsque vous aurez un problème de santé, ils vous aideront?»

Mais comment les dollars des richissimes frères Koch et d'autres puissants soutiens ont-t-ils pu convaincre tous les élus Républicains, y compris les plus modérés, de faire bloc contre Barack Obama, au risque de provoquer une crise économique mondiale?

C'est là qu'intervient la puissance des lobbies aux États-Unis: les centristes du parti Républicain étaient prévenus qu'en cas de vote avec les Démocrates, des équipes viendraient dans les rues et sur les places avertir leurs électeurs de leur «traîtrise». Sans compter des campagnes similaires sur internet et dans les médias.

Prise de position contre le shutdown

Une lettre envoyée discrètement par un porte-parole des frères Koch aux sénateurs vient toutefois semer le doute: «Les frères Koch n'ont pas pris position sur la stratégie législative qui a conduit à faire de l'obstruction contre l'Obamacare pas plus qu'ils n'ont fait pression afin d'enterrer l'Obamacare». Une démarche qui sème le doute tant les positions ultra-conservatrices sont généralement assumées par ces deux septuagénaires.

Et David Weigel, journaliste pour le site d'information américain slate, de souligner dans son blog, que le think tank «Américains pour la prospérité», présidé par David Koch, n'a pas pris part aux luttes politiques durant le shutdown.

De son côté, Joan Vennochi, du Boston Globe, estime que les risques économiques majeurs d'un défaut de paiement et même d'un shutdown prolongé auraient eu un impact extrêmement négatif pour Koch Industries. Ce qui aurait pu freiner l'ardeur anti-Obamacare de David et Charles Koch.

Pas suffisant pour faire taire les accusations des Démocrates et de leurs partisans en direction des frères Koch. Et la gauche américaine de dénoncer le «Kochtopus» (jeu de mots sur le nom de la pieuvre en anglais, octopus), qui, via ses multiples organisations financées par le duo libertarien, vise à appliquer un programme dévoilé par eux dès le début des années 1980: suppression des agences comme le FBI ou la CIA, de l'impôt sur le revenu et des pensions de retraite publiques; légalisation de la prostitution et de la drogue; recul des pouvoirs de l’État fédéral et hausse des libertés individuelles.

Et les adversaires des deux milliardaires de rappeler que ce sont David et Charles Koch qui avaient financé une vaste campagne anti-Obamacare voici quelques semaines à peine.

Créé: 19.10.2013, 11h40

Articles en relation

La dette américaine vraiment épargnée?

L'après shutdown La fin du psychodrame américain, à quelques heures de l'échéance sur le relèvement du plafond de la dette, ne signifie pas pour autant que les États-Unis sortent indemnes de l'épreuve. La dette est notamment attaquée. Plus...

Le «Shutdown» est levé... et maintenant?

Etats-Unis L'accord intervenu mercredi 16 octobre à Washington règle provisoirement la question du plafond de la dette et permet de rouvrir les services publics. C'est donc la fin du shutdown. Mais que va-t-il se passer? Plus...

Obama reçoit les élus républicains récalcitrants

Shutdown Les deux parties n'ont même pas pu s'entendre sur la liste des invités qui participeront aux entretiens prévus jeudi dans la Salle Roosevelt. Plus...

Pendant le «shutdown», l'Obamacare cartonne

Etats-Unis Alors que l'administration fédérale américaine est paralysée par le «shutdown», la réforme du système de santé dite Obamacare, à l'origine du blocage budgétaire, remporte un franc succès. Plus...

Le monde a les yeux rivés sur le Sénat américain

«Shutdown» Le Sénat américain cherche à mettre fin à la crise budgétaire qui paralyse les Etats-Unis. Quatre jours avant le défaut de paiement de la dette, le pays est dans une situation délicate. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.