Passer au contenu principal

Gategroup plombé par le franc fort

Affecté par l'appréciation du franc et les charges de restructuration, Gategroup va supprimer 300 emplois.

Dans le cadre de sa réorganisation, Gategroup veut se concentrer sur ses sites de Zurich, Reston et Londres.
Dans le cadre de sa réorganisation, Gategroup veut se concentrer sur ses sites de Zurich, Reston et Londres.
Archives/photo d'illustration, Keystone

Gategroup n'en finit pas de restructurer. Grevé par le franc fort et de nouvelles charges de réorganisation, le spécialiste zurichois des services à bord a creusé sa perte nette au 1er semestre à 87,5 millions de francs, contre un déficit de 6,5 millions un an auparavant. Environ 300 postes vont être biffés, affectant marginalement la Suisse.

Le chiffre d'affaires sur la première moitié de l'exercice a quasiment stagné, affichant un léger recul de 0,6% à 1,42 milliard de francs, a annoncé ce jeudi le groupe international établi à Zurich. Hors effets de change, les revenus ont cependant crû de 2,2%.

Le résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) s'est contracté de 50,8% à 29,8 millions de francs. Aux effets monétaires s'ajoutent des ajustements de 26,4 millions, y compris une provision liée à une nouvelle convention collective ratifiée aux Etats-Unis.

Les pertes de change se chiffrent quant à elles à 21,5 millions de francs. Elles sont pour l'essentiel la conséquence de l'abolition, mi-janvier, du taux plancher, précise Gategroup. Au deuxième trimestre, il a fait en sorte de réduire son exposition aux aléas monétaires.

Trois sites visés

Les mesures de restructuration déjà engagées au cours de six premiers mois de l'année ont coûté 34,6 millions de francs, les charges nettes totalisant 61,1 millions sur la période. La perte d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s'est accrue en l'espace d'un an, passant de 20,9 à 37 millions.

Dans ce contexte, le groupe annonce un plan d'action pour redresser sa rentabilité. Baptisée «Gateway 2020», la nouvelle stratégie vise à réduire les coûts d'exploitation, ce qui passe notamment par une simplification de sa structure et des opérations. Le groupe compte actuellement 27'800 collaborateurs équivalents plein temps, répartis dans 32 pays et sur tous les continents.

Gategroup va rationaliser son site zurichois de Balsberg, celui de Reston, aux Etats-Unis et celui de Londres. Il vise à supprimer ici quelque 200 emplois au total au cours des 6 à 12 prochains mois. La consolidation des marques devrait permettre d'éliminer une centaine de postes supplémentaires.

«Les réductions d'emplois planifiées concernent en première ligne les fonctions administratives à l'étranger», a indiqué à l'ats une porte-parole de Gategroup. «La Suisse est affectée dans une mesure très limitée et nous évaluons pour l'heure si un plan social est nécessaire», a-t-elle précisé.

Segments redéfinis

En juin, le groupe a également redéfini ses unités «Airline Solutions» et «Network and Product Solutions». Ses activités sont désormais ventilées en quatre divisions régionales.

Au premier semestre, les segments Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) ainsi que l'Asie Pacifique ont vu leur chiffre d'affaires se tasser sur un an, impactés par les taux de change. Les régions Amérique du Nord et Amérique latine ont en revanche étoffé leurs revenus.

Globalement, «Gateway 2020» devrait générer un taux de croissance annuel situé entre 3% et 5% tandis que la marge EBITDA devrait augmenter de 0,25 à 0,5 point de pourcentage chaque année, anticipe Gategroup. «Nous allons nous concentrer sur moins d'objectifs», prévient le directeur général Xavier Rossinyol.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.