Passer au contenu principal

Le géant orange veut voir l'avenir en rose

Le patron de la coopérative Migros se projette dans le futur pour redonner des couleurs aux bénéfices de son entreprise.

Le Chaux-de-Fonnier Fabrice Zumbrunnen est confiant pour l'avenir de l'entreprise qu'il dirige depuis janvier dernier.
Le Chaux-de-Fonnier Fabrice Zumbrunnen est confiant pour l'avenir de l'entreprise qu'il dirige depuis janvier dernier.
Keystone

Migros veut enrayer la baisse de son bénéfice. Le processus s'inscrit plutôt dans l'idée de «se projeter dans le futur», estime le directeur général du numéro un suisse du commerce de détail, Fabrice Zumbrunnen, dans une interview au Matin Dimanche.

«Nous devons nous interroger sur les compétences à développer, sur les métiers qui sont essentiels pour nous, et prioritaires dans nos activités commerciales», explique le nouveau patron du géant orange, en place depuis le 1er janvier. «L'avantage chez Migros est que nous pouvons le faire de manière pro-active, ce qui nous permet d'anticiper les changements», précise-t-il en substance.

«On détermine actuellement les endroits et les situations où le bât blesse, comprendre pourquoi et décider des investissements ou, le cas échéant, des cessions à réaliser», poursuit le Chaux-de-Fonnier âgé de 48 ans. «Cela va donc bien au-delà d'une simple recherche sur d'éventuels doublons entre le siège à Zurich et les dix coopératives que nous comptons en Suisse.»

Meilleur rapport qualité-prix

«Ce processus, qui vise à enrayer le recul continu de notre bénéfice, ne tombe pas du ciel», avance Fabrice Zumbrunnen. «D'un côté, on doit défendre les valeurs de Migros. Mais de l'autre, nous devons nous assurer que nos processus de production sont sous contrôle, que nous sommes efficaces, afin de pouvoir offrir le meilleur rapport qualité-prix».

Pour mémoire, malgré un chiffre d'affaires en croissance, Migros a vu sa rentabilité chuter en 2017, pour le troisième exercice consécutif. Reflet de marges sous pression dans un secteur en mutation et de charges en hausse, le grand distributeur a dégagé un bénéfice net de 503 millions de francs, 24,2% de moins qu'en 2016.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.