Une des plus grandes entreprises familiales entre en bourse

FinanceLa bourse suisse a enregistré mardi une introduction très attendue - parmi les plus importantes prévues cette année en Europe. Active surtout en Asie, DKSH a réussi son coup.

L'entreprise suisse accompagne l’expansion de ses clients et la commercialisation de leurs produits vers l’Asie.

L'entreprise suisse accompagne l’expansion de ses clients et la commercialisation de leurs produits vers l’Asie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On n’a pas vu beaucoup d’entrées en bourse dans ce secteur ces dernières années et l’intérêt était marqué», constate Christophe Laborde, analyste financier chez Bordier.

Le titre DKSH a fait son apparition à la bourse suisse mardi et a rapidement gagné en valeur (de 48 à environ 51 francs par titre) dans un marché baissier. «Cette société de services dispose d’un bon potentiel de croissance en termes d’activités et de profits. Elle est active sur les bons marchés et profitable», justifie l’analyste.

Parmi les plus grande entreprise suisse en mains familiales, DKSH met environ 30% de ses actions à disposition des investisseurs. Objectif: engranger des liquidités (jusqu’à 900 millions de francs) pour financer son développement, diversifier ses investissements et bétonner la transition de la cinquième génération des familles à la base de société.

Dès le 19e siècle

Inconnue du grand public, DKSH est une société familiale dont l’origine remonte au 19e siècle et les missions commerciales de marchands suisses attirés vers les marchés d’Extrême-Orient.

Employant aujourd’hui 24'000 collaborateurs dans 35 pays, la société basée à Zurich vend ses services de sourcing, marketing, ventes, distribution et services après-vente.

En gros, DKSH accompagne l’expansion de ses clients vers l’Asie. Des clients qui ont pour noms Nestlé, Roche ou GlaxoSmithKline. Ses champs d’expertise couvrent les biens de consommation, la santé, les matériaux spéciaux et les technologies.

Plus de court terme

DKSH a enregistré un chiffre d’affaires de plus de sept milliards de franc l’an dernier, dont un quart en Chine. Et un bénéfice de 152 millions de francs, en nette progression. Elle est numéro un de son domaine en Asie.

Les familles fondatrices resteront actionnaires de base de la société, avec environ 46% du capital. Mais en entrant en bourse, elles s’obligent à davantage de transparence. Elles ouvrent aussi la voie à une pression accrue des actionnaires.

«L’arrivée d’actionnaires institutionnels mettra une pression supplémentaire, explique Christophe Laborde. Jusqu’ici, l’agenda était plus délayé dans le temps, dorénavant, il faudra agir à plus court terme et obtenir des résultats plus rapidement.»

Créé: 21.03.2012, 07h13

Articles en relation

Les oeuvres d'entraide ont perdu des millions à la bourse

Placement Quatre d'entre elles admettent avoir essuyé des pertes, au total, environ 1,5 million de francs, selon une enquête de Der Sonntag. La Chaîne du Bonheur par exemple a placé 50 millions chez UBS et Vontobel. Plus...

L'action Apple s'envole et rien ne semble pouvoir l'arrêter

Bourse de New York Le cours de l'action d'Apple a touché les 600 dollars jeudi à Wall Street à la veille de la commercialisation du "nouvel iPad" et rien ne semble pouvoir freiner son envolée. Plus...

Le groupe de la Bourse suisse aura moins d’employés

Finance SIX Group, dont fait partie la Bourse suisse, va réduire ses coûts et procéder à de nouvelles réductions de postes. 150 sont envisagées, pour un total de 3900 collaborateurs dont 138 en Suisse romande. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.