Passer au contenu principal

ClassementLes grands patrons en Suisse sont les mieux payés d'Europe

Parmi les dirigeants des cent plus grandes entreprises d'Europe, les patrons en Suisse sont les mieux payés.

Paul Bulcke, le CEO de Nestlé
Paul Bulcke, le CEO de Nestlé
Keystone

L'étude «CEO Pay in Eurotop100» du cabinet de conseil Towers Watson publiée mercredi 24 septembre révèle que les grands patrons de Suisse sont les mieux rémunérés en Europe.

En 2013, le salaire médian versé par les huit multinationales helvétiques du classement avoisinait les 8,8 millions de francs, soit tout de même une baisse d'environ 6% par rapport à l'année précédente.

Après la Suisse, les directeurs généraux les mieux lotis opèrent en Grande-Bretagne et en Espagne. Ils gagnent un salaire direct total de quelque 7,5 millions de francs.

Pour les 100 sociétés examinées, la rémunération directe médiane des patrons s'élevait l'an passé à 5,4 millions d'euros (6,5 millions de francs). Dans l'ensemble, elle s'est donc étoffée au regard des 5,1 millions d'euros touchés en 2012.

Roche, Nestlé et Novartis figurent parmi les quatre plus fortes capitalisations européennes (entre 215 et 231 milliards de francs), non sans effet sur le salaire de leurs managers. En outre, les patrons des petites capitalisations (25-50 milliards de francs) gagnent dans le pays plus que la moyenne du Vieux Continent.

Un quart de part fixe

Sans surprise, l'enveloppe augmente avec la taille de l'entreprise, son chiffre d'affaires et ses effectifs. A cela s'ajoute le rayonnement des activités à l'international, qui se traduit par une rémunération plus substantielle.

La Suisse compte, avec l'Allemagne et la Grande-Bretagne, parmi les pays qui lient la rémunération aux résultats. A peine un quart des montants y est versé à titre de salaire de base fixe, le reste sous la forme de bonus et d'éléments de rémunération variables non garantis.

Les pays scandinaves pratiquent un tout autre modèle de rémunération. En 2013, les grands patrons y affichaient la plus basse valeur médiane, à 2,6 millions de francs. Toutefois, un montant de base fixe compose près des deux tiers (64%) du salaire.

Par secteur d'activité, les firmes pharmaceutiques offrent les meilleures conditions en Europe, avec une médiane de 9,6 millions de francs l'an passé. Suivent les biens de consommation (8,1 millions). Les banques arrivent en milieu de peloton, avec 6,4 millions.

Critères plus rigoureux

En Suisse et en Europe, les entreprises ont réagi sous la pression des exigences régulatoires, des actionnaires et de l'opinion publique, analyse Towers Watson. Les objectifs sont devenus plus rigoureux pour avoir droit aux bonus et aux éléments de salaire variables convenus après un, trois ou cinq ans.

En Suisse, le bonus annuel à court terme ne représente plus que 22%. En outre, au plus tard à partir de 2015, les systèmes de rémunération seront soumis aux actionnaires pour approbation. Les modèles de bonus deviendront forcément plus transparents, clairs et décryptables, selon les auteurs.

L'analyse porte sur la rémunération directe totale, à savoir le salaire de base, ainsi que les éléments de rémunération variant sur le court et le long terme. Les prestations annexes, les contributions à la prévoyance vieillesse ainsi que les versements exceptionnels ne sont pas pris en compte.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.