Grève inédite dans une usine Volkswagen

PortugalLes employés de l'usine portugaise du constructeur automobile allemand refusent de travailler le samedi.

Grève dans une usine Volkswagen au Portugal.

Grève dans une usine Volkswagen au Portugal. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'usine portugaise du constructeur automobile allemand Volkswagen a été paralysée mercredi par une grève. Les grévistes protestent contre l'intention de l'administration de rendre le travail obligatoire le samedi, ont indiqué les syndicats à l'origine de ce mouvement social inédit.

«L'adhésion à cette protestation est très forte. La production du site est à l'arrêt», a déclaré Eduardo Florindo, dirigeant du syndicat SITE Sul, l'une des deux organisations ayant appelé à cette grève de 24 heures.

L'usine d'assemblage, qui compte environ 3500 salariés, n'avait jamais été à l'arrêt, sauf dans un contexte de grève générale, depuis son ouverture il y a plus de 20 ans. Des centaines d'employés se sont rassemblés, dans la matinée, devant l'entrée du site Autoeuropa, situé à Palmela, à une trentaine de kilomètres au sud de Lisbonne.

Usine inaugurée en 1995

La décision d'Autoeuropa de rendre le travail le samedi obligatoire pendant deux ans devait lui permettre de commencer à produire un nouveau modèle de Volkswagen dans le segment SUV, le T-Roc, attribué à l'usine de Palmela et dont la commercialisation doit débuter en 2018.

Après avoir connu une longue période de paix sociale, Autoeuropa a vu les tensions s'exacerber depuis le départ à la retraite de son représentant syndical historique en janvier dernier.

Inaugurée en 1995 après un investissement de près de 2 milliards d'euros (2,26 milliards de francs au cours actuel), Autoeuropa figure encore à ce jour parmi les plus importants investissements étrangers jamais réalisés au Portugal et parmi les plus gros exportateurs du pays. (ats/nxp)

Créé: 30.08.2017, 14h03

Galerie photo

En images, le scandale Diesel des tests truqués

En images, le scandale Diesel des tests truqués Volkswagen avait reconnu en 2015 avoir équipé 11 millions de véhicules diesel d'un logiciel truqueur. Les soupçons se sont étendus depuis à l'ensemble de l'industrie.

Articles en relation

L'homologation des voitures va se durcir

Automobile La réforme, fruit de négociations serrées entre Etats-membres de l'UE, a été galvanisée par le scandale Volkswagen il y a deux ans. Plus...

Un dirigeant Volkswagen plaide coupable

Dieselgate Olivier Schmidt a accepté de plaider coupable en échange d'une réduction de peine dans le cadre d'un accord avec les procureurs américains. Plus...

Volkswagen toujours en tête des ventes

Suisse La marque allemande reste celle qui a écoulé le plus de véhicules en Suisse depuis le début de l'année, malgré un recul de près de 9% par rapport à la même période en 2016. Plus...

Volkswagen: un responsable prenait de la coke

Japon Thomas Siebert a été contrôlé positif mercredi lors d'un test destiné à détecter la consommation de stupéfiants. Plus...

En dépit du dieselgate, VW se dit «en forme»

Industrie automobile La firme allemande Volkswagen a annoncé des chiffres record pour l'année passée, malgré le scandale qui l'a entachée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.