Passer au contenu principal

La grève des pilotes d'Air France plombe la compagnie

Les deux semaines de grève des pilotes d'Air France se sont traduites par une chute de 15,9% du trafic passagers et de 17,7% du trafic cargo d'Air France-KLM en septembre.

La compagnie aérienne Air France a été durement touchée par la grève de ses pilotes
La compagnie aérienne Air France a été durement touchée par la grève de ses pilotes
AFP

La grève des pilotes d'Air France a eu de lourdes conséquences à la fois sur le trafic et sur les comptes de la compagnie aérienne, annonce le groupe Air France-KLM.

Il évalue en outre, «à ce jour, entre 320 et 350 millions d'euros» (387 et 424 millions de francs) l'impact du conflit sur son résultat d'exploitation du troisième trimestre. «Ce montant inclut les baisses de recettes, nettes des coûts évités ainsi que l'ensemble des coûts supplémentaires», explique le groupe.

«Nous avons épargné des coûts variables tels que le carburant, la rémunération de la part variable des salaires des personnels. Nous avons donc fait quelques économies puisque les avions n'ont pas volé. A l'inverse, nous avons eu des surcoûts tels que les hébergements, les compensations aux voyageurs ou l'achat de billets sur des vols de nos concurrents pour recaser certains de nos passagers, billets que nous n'avons pas obtenus aux meilleurs tarifs», a commenté le directeur financier Pierre-François Riolacci.

Au troisième trimestre 2013, Air France-KLM avait dégagé un bénéfice d'exploitation de 634 millions d'euros.

Impact sur le quatrième trimestre, ou en début 2015

Pierre-François Riolacci note qu'il existe un second impact «beaucoup plus difficile à évaluer, qui pèsera sur le quatrième trimestre voire sur le début de l'année 2015», à savoir un taux de réservation beaucoup plus faible que d'habitude.

Entre le début et la fin de la grève (du 15 au 28 septembre), le groupe a ainsi constaté un retard de 1 à 2 points dans les engagements de réservation «sans qu'il soit possible d'évaluer de manière précise la part de ce retard due à la grève et celle due à l'évolution défavorable de la demande observée au début de l'été et qui s'est confirmée depuis».

L'ensemble de ces éléments pourrait avoir un impact «de l'ordre de 500 millions d'euros sur l'Ebitda (excédent brut d'exploitation, NDLR) de l'exercice 2014». Le groupe tablait jusqu'alors sur un excédent compris entre 2,2 et 2,3 milliards. Cette prévision est ainsi ramenée entre 1,7 et 1,8 milliard.

«Ramener les clients dans les avions», une priorité

Interrogé sur l'impact des campagnes promotionnelles depuis la fin de la grève sur les recettes du groupe, le directeur financier a souligné que la priorité était «de ramener les clients dans les avions».

Il a précisé que cette baisse des prix des billets avait été prise en compte dans l'estimation des 500 millions d'euros.

Le directeur financier a également indiqué que «cet impact se retrouvera pratiquement équivalent au niveau du résultat net». En 2013, Air France-KLM accusait une perte nette de 1,83 milliard.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.