L'excellent bénéfice d'Air France devrait faciliter la sortie de crise

Transport aérienDans une situation fort délicate, le transporteur franco-néerlandais réussit de superbes résultats au troisième trimestre.

Michel Polacco, spécialiste des questions aéronautiques pour les chaînes de Radio-France

Michel Polacco, spécialiste des questions aéronautiques pour les chaînes de Radio-France Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis un peu plus d’un an, Air France-KLM traverse de douloureuses épreuves. Le transporteur franco-néerlandais vient néanmoins de réussir de brillants résultats au troisième trimestre. Michel Polacco, spécialiste des questions aéronautiques pour les chaînes de Radio-France, nous livre son analyse d’une situation de plus en plus délicate. Entretien.

Au troisième trimestre, Air France-KLM multiplie par plus de six son bénéfice net par rapport à la même période un an plus tôt. Cette performance est-elle davantage le fait de la sœur française ou de la frangine batave?

– Rappelons tout de même que les résultats du troisième trimestre sont en grande partie influencés par la croissance générale du trafic aérien dans le monde et la chute du prix du carburant. Donc toutes les compagnies d’aviation payant leur kérosène au prix fort en profitent. Pour une fois les compagnies du Golfe seront moins privilégiées. En effectuant des comparaisons, il ne faut pas oublier non plus que le troisième trimestre 2014 a été marqué par une grève des pilotes de deux semaines chez Air France. Il n’en est pas moins vrai que les efforts et les concessions du personnel de KLM tendent à tirer vers le haut les résultats du groupe depuis un certain temps. Les premiers résultats des restructurations au sein de la sœur hexagonale ne peuvent pas non plus être niés: 10'000 postes y ont été supprimés depuis 2008. Air France continue néanmoins de subir les préjudices de forts antagonismes entre le personnel et la direction.

Au troisième trimestre, Air France-KLM augmente ses bénéfices, sa rentabilité et son chiffre d’affaires. Ces résultats ne constituent-ils pas une nouvelle fort embarrassante dans un contexte de fortes tensions avec le personnel naviguant en France?

– Au contraire. Ces résultats constituent un véritable atout. Négocier dans une situation de précarité financière autorise moins d’espoir de succès constructif. Mais n’oublions pas le grave endettement d’Air France-KLM! Il s’élève à plus de 5 milliards d’euros. Dans le contexte actuel, réduire de 8% à 10% les coûts de tout le personnel naviguant, au lieu des 17% initialement exigés, semble tout de même admissible pour toutes les parties. Il me paraît même possible d’arriver à un accord sur une telle mesure d’ici janvier. Un tel objectif requiert toutefois une direction moins arrogante et des syndicats moins démagogues.

Le directeur financier d’Air France-KLM, Pierre-François Riolacci, craint les effets de prochaines fortes hausses de capacités sur le long-courrier en Europe. Cette réalité ne promet-elle pas un véritable calvaire pour le management d’une entreprise dont près de 18% du capital appartient à l’Etat français, alors que les prochaines élections présidentielles de ce pays se tiennent dans moins de deux ans?

– Il est évident que les concurrents d’Air France-KLM vont accroître leurs capacités et s’efforcer d’attirer une partie de sa clientèle dès le début de l’horaire d’été, en mars. Comment peut-il en être autrement? Le groupe franco-néerlandais a clairement indiqué et répété qu’il se trouvait dans la nécessité de réduire sa flotte long-courrier. Ce qui reste avant tout un moyen de pression dirigé contre le personnel naviguant. Air France apparaît en effet comme une compagnie aux abois. Lorsque le président de la République, le premier ministre et le ministre des transports interviennent en période de crise, l’affaire devient tellement politique. Les managers se trouvent dans une situation réellement inconfortable. Ils ne savent toujours pas s’ils sont les dirigeants d’une véritable entreprise privée ou de hauts fonctionnaires. Il est vrai qu’ils sont toujours nommés par l’Etat. Leurs comportements relèvent donc autant de l’affichage auprès de leur autorité de tutelle que d’un réel management industriel. Et cela fait quarante ans ça dure.

Créé: 29.10.2015, 15h11

Articles en relation

Le bénéfice d'Air France-KLM s'envole

Compagnie aérienne Alors que la compagnie a récemment annoncé réduire sa voilure, le groupe voit son bénéfice passer à plus d'un demi-milliard. Plus...

Les salariés violents d'Air France ont été mis à pied

France Les cinq hommes qui s'en sont pris à leurs supérieurs lors d'un comité d'entreprise d'Air France ont été suspendus, jeudi. Plus...

Air France: les images qui embarrassent la France

Réactions La presse anglo-saxonne a dénoncé le syndicalisme et une frilosité à la française face aux réformes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.