De gros doutes planent sur Baselworld

SalonsUn gros actionnaire de MCH Group, qui chapeaute Baselworld et ArtBasel, le somme d’éclaircir sa stratégie.

A l'image de Baselworld, les salons et foires organisés par le MCH Group sont en perte de vitesse. Et les solutions esquissées pour redresser la barre ne convainquent pas certains actionnaires.

A l'image de Baselworld, les salons et foires organisés par le MCH Group sont en perte de vitesse. Et les solutions esquissées pour redresser la barre ne convainquent pas certains actionnaires. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le MCH Group devra se battre pour conserver la confiance de ses actionnaires. Ou du moins de l’un d’eux, le puissant AMG Fondsverwaltung, qui représente à lui seul 10% du capital-actions, soit plus d’un million de francs, et peut donc à ce titre convoquer une assemblée générale extraordinaire. Ce qu’il vient de faire ce mardi, en fixant à l’ordre du jour un examen de la stratégie de l’organisateur de foires et salons.

Grosses difficultés

MCH connaît de grosses difficultés dans l’organisation de ces événements qui ne drainent plus les foules comme par le passé. Rappelons qu’il décidait de mettre fin en 2018 au Comptoir de Lausanne, qui, pour sa 99e et dernière édition n’avait attiré que 61'000 visiteurs, contre 570'000 en 1997 et un million en 1986. Puis ce fut au tour de Baselworld de tanguer dangereusement, avec le départ du Swatch Group en 2018, et une édition du renouveau l’année suivante qui doit encore faire les preuves de sa formule. Rappelons que la fréquentation de Baselworld avait chuté de 22% par rapport à l’année précédente, et que le nombre de ses exposants avait fondu de 20%. Citons encore l’expérience avortée du Salon de l’auto Grand Basel, qui n’a connu qu’une seule édition avant d’être reléguée aux oubliettes en même temps que les déclinaisons internationales qui avaient été envisagées. Une situation qui se traduit dans les chiffres semestriels publiés en septembre dernier. L’organisateur rhénan y dévoilait des recettes d’exploitation de 272,1 millions de francs, en recul de 23,7% par rapport à celles du premier semestre de l’année précédente, avec une perte d’un million de francs au résultat consolidé, alors qu’une année plus tôt on parlait encore d’un gain de 25 millions.

Propos contradictoires

Mais ce qui inquiète les actionnaires se niche dans les explications contradictoires qui accompagnaient ces résultats. Les activités de MCh se divisent en deux grands secteurs. Tout d’abord, celui des salons et foires en régie propre, qui comprend donc Baselworld, Art Basel, mais aussi Smart Swiss, Powertage et Swissbau, tous organisés à domicile, en dur, dans les infrastructures que le groupe possède à Bâle et Zurich. Ensuite, celui baptisé «Live Marketing Solutions», actif dans le marketing «expérientiel» et les solutions pour la construction de bâtiments temporaires, stands ou pavillons. Or MCH explique noir sur blanc étudier «différentes options stratégiques pour la division Live Marketing Solutions, y compris une vente». Ce alors même que, dans la foulée, il se déclare convaincu que les événements en direct vont encore gagner en importance, «car les disciplines de live marketing vont devenir encore plus nécessaires pour gagner, fidéliser, impliquer et enthousiasmer les clients».

Vers des plateformes interactives

Les salons n’ont plus la cote sous leur forme traditionnelle, passée de date, et doivent se réinventer, raison pour laquelle la manifestation en tant que telle n’est plus que l’un des jalons qui courent le long de l’année. Ainsi de Baselworld, qui se veut désormais une plateforme interactive, un forum virtuel permanent, dont le salon bâlois n’est que la partie la plus visible. Au-delà de l’événement physique, il s’agit, selon le CEO de MCH Group Bernd Stadlwieser, «de créer des valeurs uniques pour les communautés, par exemple des événements supplémentaires à l’étranger pour Baselworld, ce qui est une demande de nouveaux clients». Pour ce faire, le groupe souhaite investir dans l’innovation, la numérisation et l’internationalisation. Mais, ses moyens étant désormais limités, le voici contraint d’envisager la vente du Live Marketing Solutions pour se concentrer sur son coeur de métier. Et de convaincre les actionnaires représentés par AMG.Ivan Radja

Créé: 27.11.2019, 20h25

Articles en relation

Baselworld s’achève avec 22% de visiteurs en moins

Horlogerie La foire horlogère a présenté hier son concept pour 2020, au terme d’une édition en demi-teinte. Plus...

Les jeunes marques se pressent à Baselworld

Horlogerie Elles viennent de naître et ont besoin de visibilité, donc des salons. Mais à prix raisonable. Le Watch Incubator les héberge à Bâle. Plus...

Baselworld ouvre l’édition du quitte ou double

Horlogerie La foire bâloise doit convaincre cette année ou jamais. Nombre de marques, présentes ou non, attendent un sursaut. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...