Le groupe Zurich stagne au premier semestre

AssurancesUne modification de loi en Grande-Bretagne a fait subir un recul de bénéfice à l'assureur zurichois.

Le bénéfice du groupe a néanmoins dépassé les attentes des analystes financiers.

Le bénéfice du groupe a néanmoins dépassé les attentes des analystes financiers. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le groupe d'assurances Zurich a vu son bénéfice net attribuable aux actionnaires accuser un nouveau recul sur un an au premier semestre, de 7%, à 1,5 milliard de dollars (1,45 milliard de francs). Ce repli est principalement dû à des changements de calcul des réserves de couverture en Grande-Bretagne.

En raison de la forte baisse du «taux Ogden», le bénéfice opérationnel (BOP) a en effet été grevé au premier trimestre de 289 millions de dollars, indique jeudi le groupe zurichois dans un communiqué. Il a ainsi stagné à 2,17 milliards sur un an.

Ce taux est utilisé en Angleterre et au Pays de Galles pour le calcul des réserves liées à la couverture des dommages corporels graves aux particuliers. Plus il est faible, plus les indemnités exigibles et le niveau des réserves à enregistrer sont élevés. Sans cet effet, le bénéfice opérationnel aurait progressé de 14%, à 2,45 milliards de dollars.

Au seul deuxième trimestre, Zurich a vu son bénéfice attribuable aux actionnaires bondir de 21%, à 896 millions de francs. Le bénéfice opérationnel a lui progressé de 13% à 1,2 milliard.

Attentes dépassées

Au final, Zurich a dépassé au premier semestre les attentes des analystes interrogés par l'agence financière awp. Ces derniers tablaient sur un résultat net de 1,41 milliard de dollars et un bénéfice opérationnel de 2,04 milliard.

A la Bourse suisse, les investisseurs ont d'abord salué la performance du groupe zurichois. A la clôture toutefois, le titre Zurich Insurance perdait 0,41%, à 292,10 francs, dans un marché SMI recul de 0,86%.

«Nous avons crû en monnaies locales, amélioré nos souscriptions et gagné de nouveaux segments de clientèle, tout en abaissant encore notre base de coûts», s'est réjoui le directeur général Mario Greco, cité dans le communiqué. Celui-ci se dit confiant de pouvoir poursuivre cette dynamique positive, afin d'accroître le rendement pour les actionnaires.

Mario Greco a par ailleurs officiellement enterré en conférence de presse téléphonique l'objectif de suppression de quelque 8000 emplois, émis peu avant son entrée en fonction l'année dernière. «Cela n'a jamais fait partie de nos objectifs stratégiques. Nous examinons des réductions de coûts à tous les niveaux, mais sans chiffres précis de suppression d'emplois».

Ajustements tarifaires

Dans le détail des activités, les affaires dommages et accidents (P&C) ont engrangé des primes brutes de 18 milliards de dollars au premier semestre, un volume en repli de 3% (-1% hors effets de change). En excluant les effets de change et de la vente des activités en Afrique du Sud, au Maroc, au Proche-Orient et à Taïwan, les primes ont légèrement augmenté.

Le ratio combiné s'est détérioré de 1,4 point de pourcentage, à 99,5%. Le bénéfice opérationnel a quant à lui perdu 15% à 1,02 milliard, mais a progressé de 2% hors «effet Ogden», à 1,23 milliard.

Il a notamment profité d'ajustements tarifaires et d'une baisse de la base de coûts durant la période sous revue. L'impact des catastrophes naturelles a été légèrement plus important qu'au premier semestre 2016.

Dans les activités vie, les primes brutes ont diminué de 3% à 14,4 milliards de dollars, mais sont restées stables en monnaies locales. Le bénéfice opérationnel a bondi de 16% à 650 millions ( 18% hors effets de change).

La croissance a principalement été tirée par la région Asie-Pacifique, elle-même soutenue par l'intégration réussie de la clientèle privée de Macquarie Life en Australie et la croissance continue au Japon. L'Amérique latine a également affiché une solide dynamique.

Enfin, l'unité Farmers, qui réunit les activités en Amérique, a vu ses primes brutes légèrement progresser de 1%, à 1,4 milliard de dollars. Le bénéfice opérationnel a lui gagné 4%, à 794 millions.

Objectifs en bonne voie d'être atteints

Le groupe zurichois se dit par ailleurs en bonne voie d'atteindre ses objectifs 2017-2019, avec déjà 550 millions de dollars d'économies de coûts réalisées à fin juin, conséquence de la restructuration entamée dès fin 2015. Zurich souhaite au total épargner 1,5 milliard d'ici à fin 2019.

Sans tenir compte de «l'effet Ogden», Zurich a atteint un rendement des fonds propres de 12,5% au premier semestre, dépassant ainsi son propre objectif de 12%. Le total des fonds propres est resté pratiquement stable, à 30,7 milliards de dollars. (ats/nxp)

Créé: 10.08.2017, 07h41

Articles en relation

Plus de 14'000 signatures pour la caisse publique

Genève Le Parti du Travail (PdT) a déposé mardi son initiative intitulée «Pour une caisse d'assurance-maladie et accidents genevoise à but social». Plus...

On ne peut pas espionner les personnes à l'AI

Suisse Le Tribunal fédéral fait écho à un verdict de la Cour européenne qui avait donné raison à une Zurichoise de 62 ans, espionnée par son assurance accidents. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...