Passer au contenu principal

Forum économique mondialLes guerres et les attentats seront au menu du WEF

Les attentats à Paris, ceux de Boko Haram ou les tensions en Ukraine seront dans les têtes et les mots des leaders réunis à partir de mercredi à Davos, pour le Forum économique mondial (WEF).

3000 militaires et un nombre secret de policiers vont assurer la sécurité de la 45e édition du Forum économique mondial.
3000 militaires et un nombre secret de policiers vont assurer la sécurité de la 45e édition du Forum économique mondial.
Archives/photo d'illustration, AFP

Comme tous les ans, ils seront près de 2500 décideurs politiques, économiques, ou d'autres horizons, rassemblés jusqu'à samedi soir sous haute sécurité dans la petite ville suisse enneigée et transformée en camp retranché.

Pas moins de 3000 militaires et un nombre secret de policiers seront mobilisés pour cet énorme «brainstorming» mondial, qui en est à sa 45e édition.

«Le terrorisme et la géopolitique vont probablement étendre leurs ombres sur cette édition. Ils représentent des menaces pour la stabilité politique en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Les discussions entre les leaders vont sans doute se concentrer sur ces sujets», a estimé le chef économiste du cabinet IHS, Nahriman Behravesh, un habitué de Davos.

Cette édition se déroulera quelques jours après les attentats djihadistes en France, après de nouveaux massacres de Boko Haram au Nigeria et alors que les forces antiterroristes de plusieurs pays européens sont sur les dents, et multiplient les coups de filet.

Environnement économique incertain

Interrogés en amont par les organisateurs, quelque 900 experts ont estimé que le risque de conflit international constitue la plus grande menace pour la stabilité du monde, devant le risque climatique.

Dans les couloirs, le président François Hollande pourra croiser le premier ministre chinois Li Kegiang, la chancelière Angela Merkel parler réformes structurelles avec le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, le chef des Kurdes d'Irak, Massoud Barzani, évoquer le groupe djihadiste Etat Islamique (EI) avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Zarif.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry, le président de Guinée Alpha Condé, le premier ministre turc Ahmet Davutoglu pourront échanger à l'abri des regards dans des salons, des hôtels, ou en tribune.

Le président ukrainien Petro Porochenko sera là, alors que la Russie s'est dite dimanche «extrêmement préoccupée» par l'intensification des combats dans l'Est de l'Ukraine.

De nombreux acteurs du monde économique et des affaires seront aussi présents, pour étoffer leur réseau de contacts et réfléchir sur un environnement économique de plus en plus incertain.

Les participants se demanderont «si le nécessaire est fait pour soutenir et doper la croissance mondiale», selon M. Behravesh.

Les sujets ne manquent pas: prix du pétrole et des matières premières en fort recul, incertitudes politiques en Grèce, turbulences monétaires, progrès technologiques, impact des épidémies, répartition des richesses...

Selon une étude de l'ONG Oxfam diffusée ce lundi 19 janvier à l'attention du WEF, le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants.

Artistes aussi présents

Ils parleront beaucoup de politique monétaire, que ce soit la décision surprise de la Banque nationale suisse de laisser filer le Franc (qui a provoqué un séisme sur les marchés), ou celle, très attendue, de la Banque centrale européenne (BCE) qui pourrait annoncer ce jeudi un vaste programme de rachats d'actifs changeant la face de l'économie mondiale.

Enfin, quelques têtes couronnées parcourront les couloirs du centre de conférence, comme Albert II de Monaco, ou le prince Andrew.

Comme chaque année, il y aura aussi des artistes en tribune comme will.i.am, Pharrell Williams, l'architecte japonais Shigeru Ban, et d'autres qui égaieront les fêtes organisées pendant la semaine comme Andrea Bocelli ou Emir Kusturica.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.