Les hôtels sont en plein désarroi

Tourisme SuisseLe vice-président de Suisse Tourisme veut éviter que la branche ne connaisse le sort d’une agriculture esclave des subventions.

Image: G. Laplace

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quoi faire, alors que le nombre de nuitées dans l’hôtellerie suisse de montagne va encore reculer cette saison d’hiver de 1 à 4%, comme l’a prédit ce week-end le directeur de Suisse Tourisme, Jürg Schmid? La solution ne semble pas passer uniquement par la très importante campagne de marketing orchestrée justement par Suisse Tourisme. Elle coûtera au contribuable la bagatelle de 220 millions de francs sur quatre ans afin de stabiliser la demande. «Les touristes de la classe moyenne allemande et japonaise ne peuvent plus se payer les prix suisses», et cela ne changera pas à coups de millions, a commenté à ce propos ce mardi Philippe Frutiger, directeur du groupe hôtelier Giardino Group, lors d’une conférence organisée par le réviseur KPMG.

Tout n’est pas dû au franc

Même le vice-président de Suisse Tourisme, Peter Vollmer, aussi invité à cette table ronde, est allé dans le même sens: «Contrairement à ce qui est dit, le franc fort n’est pas la cause première des problèmes du tourisme suisse, et ce programme de promotion n’est pas inutile, mais il ne résout pas la question de base.»

Si les millions déboursés par la Confédération ne semblent pas être la panacée, c’est parce que le tourisme suisse souffre d’une «multitude d’acteurs, près de 25 000 PME, incapables de coopérer, alors que cela leur permettrait d’être véritablement innovantes si elles le faisaient», a poursuivi le vice-président.

Cette incapacité a des racines profondes: «Elle est liée à la mentalité des exploitants, qui pensent en termes de familles, et de clans, et n’arrivent pas à se regrouper.»

La Suisse compte «aussi un nombre beaucoup trop important d’hôtels impersonnels, classés trois étoiles, qui arrivent juste à maintenir la tête hors de l’eau parce que toute la famille est sur le pont, pratiquement nuit et jour.» Ce modèle d’affaire est d’autant plus remis en question que la mise en œuvre de l’initiative sur les résidences secondaires «va empêcher ces hôteliers de montagne de tirer un profit de leurs investissements dans leur hôtel en le transformant en logement s’il n’est plus adapté à la situation», a poursuivi Philippe Frutiger.

Dans ce cadre-là, la «loi du marché» est en train de faire une partie du travail toute seul en faisant disparaître ces établissements pas assez adaptés. «Les banqueroutes d’établissements hôteliers sont en hausse car, dans bien des cas, quand nous sommes approchés pour vendre un établissement, nous constatons souvent qu’il n’existe plus de substance et qu’il faut cesser l’acti vité», a confirmé Patrik Kerler, directeur de fusion et acquisitions auprès de KPMG Suisse.

Des économies fragiles

Mais attention à ne pas déstabiliser toute une région. «Quand une remontée mécanique est par exemple touchée alors qu’un grand nombre d’entre elles ne sont pas rentables, il faut parfois éviter par tous les moyens de la fermer, car sinon c’est une tragédie qui emporte avec elle un nombre très important d’autres acteurs», a pourtant souligné le vice-président de Suisse Tourisme. Pourtant, «il faut aussi éviter que la branche du tourisme adopte l’attitude de l’agriculture suisse en demandant toujours plus de privilèges». En plus d’une TVA à 2%, l’hôtelier Philippe Frutiger a justement regretté de ne pas pouvoir, comme il le souhaite, acheter de la viande et des légumes meilleur marché à l’étranger.

Créé: 12.01.2016, 20h46

Hotelplan à la peine

Filiale de Migros, Hotelplan a connu un exercice 2014-2015 difficile. Outre le choc du franc fort, le voyagiste a vu son chiffre d’affaires reculer de 8,7% à 1,48 milliard de francs. Le nombre de voyageurs du groupe, qui comprend les filiales Hotelplan Suisse, bta firsttravel, Hotelplan Italia, Hotelplan UK, Interhome Group et Inter Chalet, accuse une baisse moins importante, de 1,4%, pour se fixer à 1,7 million, indique le rapport d’activité.

Les chiffres disponibles montrent qu’Hotelplan, pour rester concurrentiel, a dû baisser ses prix et subir une diminution importante de son chiffre d’affaires. L’abandon du taux plancher du franc par rapport à l’euro a entraîné des adaptations de prix de 15%.

ATS

Articles en relation

Les touristes suisses sauvent l’été des hôteliers vaudois

Hôtellerie Les nuitées sont en hausse dans le canton, mais les acteurs du tourisme relativisent les données des services de l’Etat. Plus...

Baisse des nuitées dans les hôtels du district de Nyon

Tourisme La chute de 46% du nombre de Chinois qui ont dormi dans la région a plombé les chiffres de l'hôtellerie en 2014. Plus...

Baisse des nuitées dans les hôtels de la vallée de Joux

Tourisme L’été maussade combiné à la fermeture de l’Hôtel Les Trois Suisses, aux Bioux, ont pesé sur le nombre des nuitées l’an dernier. Plus...

Les nuitées en Suisse ont reculé de 0,6%

Hôtellerie L'hôtellerie suisse a enregistré un recul modéré au premier semestre 2015, malgré le choc du franc fort qui déploie ses effets depuis six mois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.