Passer au contenu principal

Les hôtels sont en plein désarroi

Le vice-président de Suisse Tourisme veut éviter que la branche ne connaisse le sort d’une agriculture esclave des subventions.

G. Laplace

Quoi faire, alors que le nombre de nuitées dans l’hôtellerie suisse de montagne va encore reculer cette saison d’hiver de 1 à 4%, comme l’a prédit ce week-end le directeur de Suisse Tourisme, Jürg Schmid? La solution ne semble pas passer uniquement par la très importante campagne de marketing orchestrée justement par Suisse Tourisme. Elle coûtera au contribuable la bagatelle de 220 millions de francs sur quatre ans afin de stabiliser la demande. «Les touristes de la classe moyenne allemande et japonaise ne peuvent plus se payer les prix suisses», et cela ne changera pas à coups de millions, a commenté à ce propos ce mardi Philippe Frutiger, directeur du groupe hôtelier Giardino Group, lors d’une conférence organisée par le réviseur KPMG.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.