Passer au contenu principal

BanqueHSBC ferme les comptes des non-résidents à Jersey

Marquée par le scandale «SwissLeaks», la banque britannique HSBC prend des mesures sur l'île considérée longtemps comme un paradis fiscal.

HSBC est en train de clore des comptes à Jersey de clients qui ne résident pas dans l'île autonome. La manoeuvre vise à éviter qu'ils ne soient utilisés à des fins répréhensibles.

«HSBC a mis en place plusieurs réformes visant à éviter que ses services bancaires ne soient utilisés pour échapper à l'impôt ou à blanchir de l'argent», a expliqué ce mardi 17 mars la banque. «Nous nous séparons des clients qui ne répondent pas à ces critères où à propos desquels nous avons des inquiétudes quant à leur régularité fiscale», a-t-elle ajouté.

«La délinquance financière devient plus sophistiquée, aussi disposer d'informations précises et actualisées sur les clients, comme leur identité et leur adresse, nous aide-t-il à surveiller les transactions face à toute activité frauduleuse potentielle», a ajouté la banque, jointe par l'agence de presse AFP.

Jersey est une île anglo-normande qui fait partie du Royaume-Uni. Mais elle dispose d'un large statut d'autonomie, notamment budgétaire, et offre une large palette de services financiers.

Selon la BBC, HSBC fait partie d'un groupe de plusieurs banques qui procèdent à des vérifications sous la pression des autorités fiscales britanniques soucieuses de s'assurer que les comptes bancaires basés dans les îles anglo-normandes ne sont pas utilisés pour cacher des fonds au fisc de la couronne.

Preuve de domiciliation

Dans le cadre de ces contrôles, les détenteurs de comptes à Jersey se voient demander de se présenter à leur agence bancaire avec leur passeport et une preuve de domiciliation sur place. A défaut, leur compte est fermé.

HSBC est particulièrement sous pression à ce sujet car elle est au coeur d'un vaste scandale financier. Une enquête internationale de plusieurs médias l'a récemment accusée d'avoir fait transiter quelque 180 milliards d'euros (192 milliards de francs) de riches clients entre novembre 2006 et mars 2007 sur des comptes en Suisse, afin de leur éviter d'avoir à payer des impôts dans leurs pays respectifs.

En France, le parquet national financier (PNF) a requis la semaine dernière le renvoi en correctionnelle de la filiale suisse de HSBC pour avoir orchestré un système de fraude fiscale à grande échelle. Des enquêtes ont été ouvertes dans plusieurs autres pays, dont la Suisse, la Belgique et le Brésil.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.