Et si HSBC préfigurait ce que prépare le Credit Suisse?

BanquesLa grande banque britannique a surpris mardi en annonçant un gigantesque plan de restructuration. Certains craignent que le Credit Suisse ne s'en inspire.

Les départs chez HSBC seront massifs avec le gigantesque plan de restructuration dévoilé mardi 9 juin.

Les départs chez HSBC seront massifs avec le gigantesque plan de restructuration dévoilé mardi 9 juin. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

HSBC a semé le trouble mardi en annonçant un plan de restructuration planétaire qui se traduira pas une baisse des coûts de près de 4,5 milliards de francs par an d'ici à 2017. La banque supprimera en tout 50'000 emplois.

Or l'établissement affiche beaucoup de points communs avec le Credit Suisse et nombreux sont les analystes qui estiment que le futur patron de l'institut helvétique, le franco-ivoirien Tidjane Thiam, procédera à un grand coup de balai dès son arrivée au pouvoir.

«Un modèle pour le Credit Suisse»

HSBC, tout comme le Credit Suisse, a bien résisté à la crise financière qui a presque coulé UBS. Mais avec ces mesures, elle répond aux nouvelles régulations, notamment aux exigences de fonds propres, a expliqué Maurice Pedergnana au quotidien zurichois.

«HSBC réduit ses actifs exposés aux risques, exactement comme les marchés attendent que le Credit Suisse le fasse d'ici six mois avec leur nouvelle direction. HSBC est quasi un modèle pour le Credit Suisse», a souligné le responsable d'études à l'Institut des services financiers de Zoug.

Vers un bain de sang?

Des notes de recherches, comme celle de Kian Abouhossein, un analyste de JPMorgan Chase basé à Londres, ont évoqué le scénario d'une suppression de 15% des effectifs de la banque d'investissement au Credit Suisse. Ce qui pourrait signifier 3000 emplois.

D'autres analystes ajoutent que le futur patron pourrait délester la banque de 150 milliards de francs suisses d'actifs dans le secteur des obligations, matières premières et devises, communément appelé FICC, afin de se concentrer sur la croissance de la banque privée en Asie. Tout comme HSBC.

Moins d'exposition mais plus de risques

A titre de comparaison, Credit Suisse a bien réduit ses activités dans la banque d'investissement mais moins qu'UBS, Barclays ou encore Deutsche Bank. Et HSBC depuis ce mardi 9 juin.

Pour Maurice Pedergnana, les banques n'ont plus le choix. «Soit elles procèdent à de grosses augmentations de capital, soit elles réduisent leur exposition aux risques. Ce qui se ressentira dans le secteur des crédits aux entreprises. Un portefeuille resserré comportera cependant davantage de risques car il devra répondre aux objectifs de rendement. Telle est la conséquence visible d'une sur-réglementation.»

Créé: 09.06.2015, 15h29

Articles en relation

HSBC taille dans le vif et se sépare de 50'000 personnes

Banque Le géant bancaire britannique annonce qu'il va se séparer de 50'000 employés dans le cadre d'un plan de restructuration planétaire. Plus...

A Genève, HSBC paie 40 millions pour éviter les poursuites

Blanchiment L'enquête genevoise sur la banque HSBC est close, après un accord avec le Ministère public portant sur 40 millions de francs. Plus...

Des milliers d'emplois supprimés chez HSBC

Post-SwissLeaks La banque britannique HSBC devrait supprimer entre 10'000 et 20'000 emplois d'ici à la fin 2017 pour réduire ses coûts. Plus...

Credit Suisse: Brady Dougan défend son héritage

Banque Brady Dougan va quitter le Credit Suisse à fin juin. Selon lui, une entreprise doit être gérée de façon conservatrice afin de ne dépendre de personne et «certainement pas du contribuable». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.