Huawei porte à nouveau plainte aux États-Unis

TélécomsMis à l'écart d'un fonds fédéral, l'entreprise chinoise est soupçonnée d'espionnage au profit de Pékin par Washington.

Le géant chinois des télécoms a été exclu le mois dernier d'un fonds destiné à développer les infrastructures de télécommunications en zones rurales.

Le géant chinois des télécoms a été exclu le mois dernier d'un fonds destiné à développer les infrastructures de télécommunications en zones rurales. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Huawei a annoncé jeudi une deuxième procédure judiciaire contre l'administration américaine, qui a exclu le géant chinois des télécoms de certaines subventions au nom de la sécurité nationale. En plein affrontement commercial, technologique et diplomatique entre Pékin et Washington, Huawei a dénoncé une décision «illégale» de la part de l'administration Trump, qui voit dans le leader mondial des équipements 5G un cheval de Troie du régime chinois.

«Huawei est une entreprise chinoise. C'est la seule excuse» de Washington pour poursuivre le groupe, a dénoncé devant la presse le chef des services juridiques du géant des télécoms, Song Liuping. Lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Shenzhen, dans le sud de la Chine, Song Liuping a annoncé le dépôt d'une plainte aux États-Unis contre sa mise à l'écart d'un fonds fédéral destiné à développer les infrastructures de télécommunications en zones rurales.

«Des liens étroits avec le gouvernement communiste»

Huawei, ainsi que son compatriote ZTE, tous deux soupçonnés par Washington d'espionnage potentiel au profit de Pékin, ont été exclus le mois dernier d'un fonds de 8,5 milliards de dollars géré par la Federal Communications Commission (FCC).

Invoquant «une menace pour la sécurité nationale», la commission fédérale des communications a interdit aux opérateurs télécoms américains de recourir à son Fonds de service universel (USF) pour financer des équipements des deux entreprises chinoises.

Elle a également proposé «d'exiger des entreprises recevant des fonds de l'USF (...) qu'elles retirent et remplacent les équipements et services» qui auraient déjà été fournis par Huawei et ZTE. Le président de la FCC, Ajit Pai, a justifié sa décision par le fait que Huawei et ZTE «ont des liens étroits avec le gouvernement communiste et l'appareil militaire chinois».

Liste noire

Huawei, numéro deux mondial du téléphone portable, est au coeur de l'affrontement technologique entre les deux géants du Pacifique. Notamment parce que le groupe, fondé par un ancien ingénieur de l'armée chinoise, Ren Zhengfei, est considéré comme incontournable pour la fourniture des équipements 5G, la cinquième génération de l'internet mobile.

Song Liuping a estimé que la décision de la FCC n'établissait pas que l'entreprise chinoise constituerait une menace pour la sécurité des États-Unis. «Bannir une entreprise comme Huawei, simplement parce que nous avons démarré en Chine, ne résout pas les questions de cybersécurité», a-t-il déclaré.

Huawei a déjà porté plainte en mars dernier aux États-Unis contre la loi de finances du ministère américain de la Défense, qui interdit aux administrations d'acheter des équipements ou services fournis par le géant chinois.

ZTE a frôlé la faillite

Le département du Commerce avait par ailleurs placé en mai Huawei et ses filiales sur une liste noire d'entreprises interdites de faire du commerce avec des sociétés américaines. Un coup très dur pour Huawei, qui dépend de la technologie américaine pour ses smartphones, notamment le système d'exploitation Android de Google.

Mais dur aussi pour les entreprises américaines pour qui Huawei est un gros client, ou pour les opérateurs qui comptent sur ses équipements pour installer la 5G. Résultat, l'administration Trump a indiqué le mois dernier avoir commencé à donner un feu vert spécifique à des entreprises américaines désireuses de fournir des composants à Huawei, mais uniquement à celles exportant des produits non sensibles sur le plan de la sécurité nationale.

Ce nouveau répit de 90 jours est le troisième depuis mai. Il est justifié par le département du Commerce par le fait qu'il faut continuer de desservir des zones rurales les plus reculées des États-Unis qui risquent d'être privées de technologie mobile. ZTE a pour sa part frôlé la faillite l'année dernière après que des entreprises américaines ont été empêchées de lui vendre des composants vitaux en raison de ses relations avec l'Iran et la Corée du Nord. Donald Trump est ensuite revenu sur sa décision et a permis à ZTE de reprendre ses importations mais à de strictes conditions. (afp/nxp)

Créé: 05.12.2019, 05h12

Articles en relation

Washington donne un nouveau répit à Huawei

Télécoms Un nouveau répit, le troisième accordé par l'administration américaine au chinois Huawei, doit courir jusqu'au 16 février 2020. Plus...

La Russie déroule le tapis rouge à Huawei pour la 5G

High-Tech Le géant chinois a ouvert à Moscou une zone de test de 5G. Le pays ambitionne de déployer cette nouvelle technologie dans toutes les grandes villes d'ici à 2024. Plus...

Huawei fait de l'Europe un bouclier contre Trump

Guerre commerciale Le groupe chinois va s'approvisionner en Europe pour 40 milliards. Il espère compenser l'accès interdit aux produits américains. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 29 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...