«D’ici à 2025, nous escomptons conserver entre 8 et 10 banques»

Raiffeisen VaudEn 2015, la fédération vaudoise a franchi le cap symbolique des 10 milliards de francs de bilan. Entretien avec son président.

Raiffeisen Vaud a dépassé en 2015 le cap symbolique des 10 milliards de francs de somme de bilan.

Raiffeisen Vaud a dépassé en 2015 le cap symbolique des 10 milliards de francs de somme de bilan. Image: ENNIO LEANZA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour la première fois de son histoire, Raiffeisen Vaud a dépassé en 2015 le cap symbolique des 10 milliards de francs de somme de bilan. Son président, Bertrand Barbezat, fait le point.

Vous avez bouclé l’année avec un bilan en croissance de 5,9% et un bénéfice net en hausse de 7,9%. dans un contexte de taux d’intérêt négatif, de franc fort et de turbulences boursières… Votre banque est-elle insensible à la conjoncture?
Raiffeisen reste une banque atypique étant donné sa clientèle essentiellement locale. Du coup, la problématique du franc fort n’a eu que peu d’influence sur nos résultats. Il en va de même pour les récents aléas boursiers: la plupart de nos clients préfèrent investir dans des fonds de placement et d’autres produits financiers plus solides et moins sensibles aux aléas conjoncturels.

Quelle est votre politique concernant les taux d’intérêt négatif?
Comme Raiffeisen ne détient pas de gros dépôts en provenance de caisses de pensions ou d’entreprises, nous n’avons pas, pour l’instant, de surplus auprès de la Banque nationale suisse qui serait concerné par de tels taux négatifs.

Etant donné que certains de vos concurrents répercutent ces taux à leurs clients, ne pas le faire vous a-t-il permis d’attirer de nouveaux clients?
A l’échelle nationale, notre politique de taux nous a très certainement été bénéfique l’année dernière. Sur un plan purement cantonal, par contre, l’apport reste trop marginal pour être notifié.

Et pourtant, en 2015 votre fédération franchit le cap symbolique des 10 milliards de francs de somme de bilan…
Nous récoltons les fruits d’un travail de longue haleine. Ce cap des 10 milliards est d’autant plus important pour nos banques vaudoises qu’il illustre, ces dernières années, le rééquilibrage entre les banques romandes et leurs consœurs alémaniques historiquement mieux implantées.

Malgré un tel résultat en 2015, vous continuez de regrouper vos banques sur le terrain?
Aujourd’hui, nous n’en dénombrons effectivement plus que seize sur le canton, contre dix-neuf à la fin de l’exercice 2015. D’ici à 2025, nous escomptons arriver à un chiffre entre 8 et 10 entités. Par contre, concernant nos 61 points de vente, ce nombre ne devrait que peu diminuer.

Avec quelles conséquences pour l’emploi dans le canton?
Très faibles. Pour preuve, entre 1995 et aujourd’hui, nous sommes passés de 82 à 16 établissements. Or durant cette même période, nos effectifs se sont renforcés de quelque 300 postes. D’ailleurs, si nous poursuivons sur notre rythme de croissance actuel (ndlr: 500 millions de fonds supplémentaires par année), nous continuerons à embaucher.

Quel regard portez-vous sur l’année 2016?
Nous prévoyons de terminer sur un exercice équivalent à celui de l’année dernière et cela malgré une pression de plus en plus forte sur nos marges.

Créé: 10.04.2016, 22h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.