IG Metall prêt à durcir les grèves

AllemagneLe syndicat allemand prêt à durcir le ton et à engager de nouvelles grèves la veille de négociations avec le patronat.

IG Metall réclame une hausse de 6% des salaires cette année pour 3,9 millions de salariés de l'industrie.

IG Metall réclame une hausse de 6% des salaires cette année pour 3,9 millions de salariés de l'industrie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

IG Metall, la plus importante centrale syndicale allemande, s'est dit prête à durcir le mouvement de grève dans l'industrie à la veille du début d'une série de négociations avec le patronat dans les Länder. Elle veut ainsi appuyer ses revendications de hausse de salaire et de réduction du temps de travail.

«Nous avons commencé avec des grèves d'avertissement et nous allons les élargir dans les prochains jours», déclare Jörg Hofmann, le président d'IG Metall dans un entretien au quotidien allemand Passauer Neue Presse publié mercredi.

Près de 80'000 salariés ont débrayé à l'appel d'IG Metall depuis le début de semaine dernière et d'autres arrêts de travail sont annoncés pour la journée de mercredi.

Face à la santé insolente de l'économie allemande, avec un chômage à son plus bas niveau historique, IG Metall réclame une hausse de 6% des salaires cette année pour 3,9 millions de salariés de l'industrie. Les salariés se battent aussi pour une réduction du temps de travail, plus de 20 ans après avoir obtenu la semaine de 35 heures.

Outre les hausses de salaires, IG Metall réclame une semaine de travail ramenée de 35 à 28 heures et le retour à plein temps, après deux ans, pour les travailleurs par roulement ou ceux qui ont pris un temps partiel pour s'occuper d'enfants ou de parents âgés.

Prime exceptionnelle

En attendant une série de négociations dans les Länder, qui doivent commencer jeudi, le patronat ne propose, pour l'heure, qu'une augmentation de 2% des salaires, assortie d'une prime exceptionnelle de 200 euros (232 francs) qui serait versée au premier trimestre.

Il a aussi rejeté la demande d'une réduction du temps de travail si elle n'est pas compensée par la possibilité de l'augmenter temporairement.

Les entreprises seraient contraintes d'embaucher des salariés à temps partiel pour compenser la réduction du temps de travail, a expliqué le président de Nordmetall, l'une des fédérations patronales régionale de la métallurgie.

«Où suis-je censé les trouver en pleine pénurie de main d'oeuvre qualifiée?», s'est interrogé Nico Fickinger, dans un entretien à la radio allemande NDR Info. (ats/nxp)

Créé: 10.01.2018, 12h32

Articles en relation

En grève, les métallos engagent un bras de fer

Allemagne A l'appel du syndicat IG Metall, les salariés de l'industrie allemande ont débrayé lundi. Ils feront de même mardi pour réclamer la semaine de 28 heures. Plus...

Les métallos veulent coûte que coûte les 28 heures

Allemagne Le précédent accord salarial arrive à échéance à la fin de l'année et le puissant syndicat IG Metall brandit la menace de débrayages, une première depuis 2002. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.