Passer au contenu principal

Ignazio Cassis doit réussir le défi du libre-échange à Washington

Après les échecs des conseillers fédéraux Joseph Deiss et Johann Schneider-Ammann, l’actuel chef du Département fédéral des affaires étrangères paraît condamné au succès aux États-Unis.

La Suisse attend d'Ignazio Cassis qu'il relance la question d'un accord de libre-échange avec les États-Unis.
La Suisse attend d'Ignazio Cassis qu'il relance la question d'un accord de libre-échange avec les États-Unis.
Keystone

Quatre ans après le rejet de l’adhésion de la Suisse à l’Espace économique européen, une bonne partie de la Suisse a commencé à espérer un accord de libre-échange avec les États-Unis. Deux conseillers nationaux UDC (Union démocratique du centre) zurichois, Christoph Blocher et Walter Frey déposaient une motion en ce sens en 1996. Mais, comme souvent dans les pays occidentaux, les agriculteurs ont rapidement coupé court à tous les enthousiasmes. Le temps a passé. En défendant la même cause, Joseph Deiss a échoué en janvier 2006, puis Johann Schneider-Ammann en décembre dernier. En visite officielle ces jours-ci aux États-Unis, le chef du Département fédéral des affaires étrangères, Ignazio Cassis, ne semble plus avoir de droit à l’échec sur la question du libre-échange.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.