Passer au contenu principal

Implenia ne craint pas le franc fort

L'entreprise fait face à une pression accrue de la part de ses clients qui souhaitent répercuter la chute de l'euro sur les prix.

Les fournisseurs helvétiques sont sous tension.
Les fournisseurs helvétiques sont sous tension.
Archives, Keystone

Le numéro un helvétique de la construction Implenia n'est pas directement touché par le franc fort. La pression sur les prix pousse cependant la firme zurichoise à davantage acheter en Europe.

«Nous réalisons notre chiffre d'affaires encore en grande partie en Suisse, nous ne sommes ainsi pas directement touchés par le niveau du franc», a indiqué Anton Affentranger, directeur général d'Implenia, au «Matin Dimanche».

Mais l'entreprise fait face à une pression accrue de la part de ses clients qui souhaitent répercuter la chute de l'euro sur le prix du produit fini. Pour résister à nos concurrents, nous devons acheter aux meilleures conditions, souligne Anton Affentranger dans l'interview accordée au journal dominical.

Les fournisseurs helvétiques sont de ce fait sous tension. «Si tout le monde achète aux prix les plus bas à l'étranger, nous risquons la récession. Nous devons tout faire pour que nos fournisseurs locaux deviennent plus productifs», ajoute-t-il.

Succès des rénovations

Quant à l'abandon du taux plancher euro/franc le 15 janvier dernier, il n'a pas freiné l'activité dans la construction, selon le patron d'Implenia. «A peine la Banque nationale suisse (BNS) avait elle pris cette décision, que des investisseurs institutionnels nous demandaient si nous avions des projets dans lesquels ils pouvaient investir», précise-t-il.

Pas de risque de bulle immobilière non plus selon le directeur général du groupe zurichois, pour qui le taux de vacance dans le logement reste très bas en Suisse. Il écarte aussi la possibilité de croître uniquement en dehors des frontières helvétiques.

«Nous voyons ici aussi des possibilités de croissance. Il y a deux ans, nous avons lancé notre division Rénovation. C'est un succès. Avec le tournant énergétique, le thème est devenu porteur», explique-il.

Pour rappel, Implenia a acquis l'allemand Bilfinger Construction en mars dernier. En 2014, l'entreprise a généré un chiffre d'affaires consolidé de 2,92 milliards de francs, en baisse de 4,5% sur un an.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.