Incapable d’être rentable, Twitter doit licencier

InternetLe réseau social a annoncé qu’il allait supprimer 336 emplois, soit 8% de ses effectifs globaux

Plus d’un an après son introduction en Bourse, le réseau social Twitter n’est parvenu à dégager que deux trimestres de «trésorerie» positive (free cash flow).

Plus d’un an après son introduction en Bourse, le réseau social Twitter n’est parvenu à dégager que deux trimestres de «trésorerie» positive (free cash flow). Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quel avenir pour Twitter? Depuis quelques mois, la question circule au sein des investisseurs. Le groupe ne cesse en effet d’accumuler les difficultés, à tel point qu’il s’apprête à réduire ses coûts fixes en personnel. Cette rumeur concernant l’imminence d’un plan de licenciements circulait depuis vendredi dernier. Elle s’est confirmée hier, puisque l’oiseau bleu a annoncé qu’il allait supprimer 336 emplois, soit 8% de ses effectifs. «L’ingénierie et le service produits seront les plus affectés», a précisé Twitter.

Plus d’un an après son introduction en Bourse, le réseau social n’est parvenu à dégager que deux trimestres de «trésorerie» positive (free cash flow). Or, cette mesure, qui comptabilise l’argent qu’une entreprise peut générer après avoir dépensé celui nécessaire à son entretien et ses investissements, est très surveillée par les marchés. «Au vu de la moyenne de la branche (ndlr: entre 15 à 25% de free cash flow), la performance de Twitter est extrêmement mauvaise. Si on pardonne à de petites start-up de ne pas être rentables à leurs débuts, cette situation n’est plus tenable pour Twitter», explique Olivier Good, analyste spécialisé dans les nouvelles technologies à la banque privée UBP.

Liens resserrés avec Google

Il devient donc urgent, pour le réseau social, de parvenir à rentabiliser ses services et éviter de perdre définitivement la confiance des investisseurs. Le souci reste que le modèle pour y parvenir peine à se dessiner. Pourtant le potentiel existe, car comme le soulignait récemment un analyste financier sur une chaîne télévisée française, «Twitter ne touche pas uniquement ses quelque 320 millions d’abonnés, mais des millions de gens supplémentaires grâce à son partenariat avec Google» (les tweets apparaissent désormais sur le moteur de recherche).

L’hypothèse d’un rachat de Twitter par le géant de Mountain View circule d’ailleurs dans les salons feutrés de Wall Street. Elle permettrait à Google de compenser son retard dans les médias sociaux, mais surtout de contrebalancer leur poids grandissant dans les recherches sur Internet. Selon une récente étude réalisée auprès de quelque 400 médias (Business Insider, Reuters, Wired…), les outils de Google ne génèrent plus que 38% de leur trafic en ligne contre 43% pour les réseaux sociaux.

Une rude concurrence

Pour Jack Dorsey, l’un des cofondateurs de Twitter qui a repris la direction du groupe, la tâche s’annonce d’autant plus rude, qu’il devra régater face à des plates-formes concurrentes bien installées comme WhatsApp ou en très forte progression telle que Snapchat. «Mais il serait faux de tirer définitivement une croix sur Twitter étant donné cette masse critique de plus de 300 millions d’abonnés», précise Olivier Good.

Le réseau social a d’ailleurs tenté hier de rassurer les marchés en évoquant un chiffre d’affaires au troisième trimestre qui devrait être proche des 560 millions (voire les dépasser), ainsi qu’un bénéfice opérationnel proche des 115 millions, voire à nouveau supérieur.

Créé: 14.10.2015, 10h55

Articles en relation

Twitter confirme Jack Dorsey au poste de directeur général

Réseaux sociaux L'Américain de 38 ans et cofondateur de Twitter reste également à la tête de Square, la société de paiements mobiles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.